Ecrit le par dans la catégorie Sextoys.

objetsdeplaisir-test-fucking-machine-machine-blackpill-415-2Au moment où j’écris cet article, une fucking machine trône fièrement dans son salon, brandissant, au bout de son bras mécanique, un piston muni d’un phallus en plastique.

La boutique Le Gastronome Sexy nous a envoyé la BlackPill 415, une “machine à baiser” de sa propre marque. L’engin est plutôt impressionnant, mais, même si je n’étais pas tout à fait rassurée au moment de m’en servir, j’avais très envie de l’essayer. Ce n’est pas tous les jours qu’on vous donne l’occasion de coucher avec un robot, et, à partir du moment où j’ai su que j’allais pouvoir le tester, cet engin sexuel démoniaque est vite devenu l’objet de mes fantasmes.

 

Voici le test de la fucking machine BlackPill 415.

 

Fucking machine Blackpill 415 chez Le Gastronome Sexy

Lire la suite »

Ecrit le par dans la catégorie Wouak ?.

Promis, après celui-ci, j’arrête pour cette année avec les articles en rapport avec Noël… Un dernier pour la route : les sextoys de Noël.

Non, cet article n’est pas consacré aux sextoys que vous allez offrir pour Noël, ni à ceux que vous allez recevoir : je vais vous parler ici de sextoys à l’effigie du père Noël. Oui, vous savez, ce vieux monsieur barbu qui fait fantasmer bien des gens qui ne veulent pas vraiment se l’avouer… Et de quelques autres symboles caractéristiques de Noël reconvertis en sextoys, aussi. Je vous aurais bien aussi touché quelques mots à propos de ces plugs anals qui commémorent la naissance de Jésus à leur façon, mais ce serait radoter…

Neige et friandises de Noël

Le bonhomme de neige qui fouette

cravache-bonhomme-neige

La Frosty Crop n’est pas, comme ce titre pourrait l’indiquer, un bonhomme de neige malodorant, mais une cravache, dont l’extrémité qui vient claquer sur vos fesses est un petit bonhomme de neige. Idéal pour ceux et celles qui hésitent entre BDSM et sports d’hiver.

Lire la suite »

Ecrit le par dans la catégorie Wouak ?.

Je vous ai déjà fait le coup de la sélection de bouquins érotiques bizarres à l’occasion d’Halloween, mais Noël approchant, je n’ai pas pu résister à l’envie de réitérer ce méfait.

Voici donc une sélection de livres érotiques consacrés au père Noël. (Si vous voulez regarder l’un d’entre eux de plus près, tous sont issus de la section Erotica d’Amazon. Perso, je ne les ai pas lus.)

Sexe et jouets

Si je vous dis “Père Noël”, vous me répondez probablement “jouets”.

Le thème du jouet est récurrent dans la fiction érotique de Noël : soit l’atelier du père Noël est une fabrique de sextoys, soit c’est directement le héros ou l’héroïne qui devient le jouet sexuel du barbu à manteau rouge.

santa-naughty-workshopsanta-toysanta-boy-toy

“Santa’s naughty workshop” (L’Atelier Coquin du Père Noël), par Caitlyn Veronique, “Santa’s Boy Toy” (Le jeune amant du père Noël) par Bellatrix Turner et “Santa’s Toy” (Le jouet du père Noël) par Nichelle Gregory.

Lire la suite »

Ecrit le par dans la catégorie Wouak ?.

Continuons notre périple d’Halloween parmi les romans érotiques inspirés des thèmes classiques de l’épouvante. Après les morts-vivants de tout poil, voyons comment les créatures surnaturelles, abominables et terrifiantes, se retrouvent objets de fantasmes.

Les clowns

Les clowns font probablement partie des personnages les moins sexy que l’on puisse dénicher. Physiquement, déjà, ils ont le nez rouge, des chaussures trop grandes, et souvent une coiffure poussant la coupe mulet à son paroxysme. Et ils font des blagues pas drôles à tout bout de champ.

Qui plus est, pour Halloween, le clown se doit d’être un clown tueur, pas un gentil clown qui se contente de gonfler des ballons en forme d’animaux.

Mais cela n’empêche pas d’écrire des romans érotiques à leur sujet. Des romans érotiques creepy.

mad-clown-diseasesex-paranormal-clownhave-fun-clown-halloween-sex

Lire la suite »

Ecrit le par dans la catégorie Wouak ?.

Pour préparer Halloween, j’ai voulu vous montrer des livres érotiques qui font peur. J’ai donc passé au crible, un à un, les thèmes classiques de romans d’horreur afin d’en dénicher des versions érotiques.

Voici ma sélection (d’œuvres que je n’ai pas lues, et que vous ne lirez probablement pas, sauf, peut-être, si la perspective de loups-garous zombies copulant avec des vampires déguisés en clowns vous excite un tantinet). Intéressons-nous d’abord aux morts-vivants.

Les squelettes

skeleton-lover-eroticDans moult films et jeux vidéos, après un brin de nécromancie, les squelettes se débrouillent très bien pour se balader en armée et se battre à l’épée. Et ce, malgré l’absence de tendons et de muscles pour maintenir leurs os entre eux. La magie fait bien les choses.

Mais une fois réanimé, il est tout à fait logique qu’un squelette bien intentionné préfère de loin faire l’amour que la guerre. Et lorsque sa meuf, encore vivante, a très envie de fêter leurs retrouvailles au lit, malgré son petit problème physique, on ne voit pas pourquoi il se priverait.

Il n’a plus de pénis, certes, mais il sait très bien se servir de ses doigts osseux, comme en démontre l’extrait de “My Skeleton Lover From Beyond The Grave” (“Mon amant squelette d’outre-tombe”), que l’on peut lire dans sa description.

Au passage, applaudissons très fort l’illustration de la couverture : la perspective est… euh… presque crédible. Lire la suite »

Ecrit le par dans la catégorie Wouak ?.

A force de fréquenter des sextoys chouettes, on en viendrait presque à oublier leurs cousins démoniaques : les sextoys qui glissent dans votre esprit l’obsédante question : “mais qu’est-ce donc que ce truc, et surtout, pourquoi existe-t-il ?”. Promenons-nous un peu dans le monde enchanté des atrocités sextoyesques.

Le glory hole portable

portable glory holeLe glory hole, orifice mural voué aux fellations anonymes, thème de bien des pornos et objet de bien des fantasmes…

Ouais, mais bon, glisser sa bite dans un trou douteux d’un lieu peu rassurant pour la confier à un(e) inconnu(e), c’est plutôt risqué.

Pour le plus grand plaisir des fantasmeurs prudents, voici donc le glory hole portable, une fausse cloison percée, à installer chez soi bien en sécurité, dans l’encadrement d’une porte. A 129 dollars la planche trouée, quand même, ça vaut peut-être la peine de bricoler un peu. Lire la suite »

Ecrit le par dans la catégorie Wouak ?.

Si la chaîne de sexshops Love Store a lancé une campagne de pub sur le slogan “Make love, not war”, illustrée par des sextoys ressemblant étrangement à des armes, ce n’est pas une raison suffisante pour appliquer l’idée à la lettre.

 

Si je tente d’établir une liste des objets que j’ai le moins envie au monde de m’enfoncer dans le trilili, “un truc qui ressemble à une arme” est assez bien placé sur la liste. Probablement en raison de l’association d’idées qui va de soi : une arme, ça fait mal. Ouille. Même factice, on n’a pas idée d’en approcher une de ses zones intimes. Et vas-y pour te décontracter alors que ton popotin se sent menacé par un engin de guerre.

 

Mais non, cela ne décourage pas tous les concepteurs de sextoys.

Lire la suite »

Ecrit le par dans la catégorie Wouak ?.

L’idée n’est pas de moi et est loin d’être toute neuve, mais ça me fait toujours marrer lorsque je vois les recherches Google insolites qui ont abouti sur un blog. Je vous laisse donc imaginer ma joie lorsque j’ai découvert certains mots-clés qui ont mené ici quelques internautes égarés :

 

  • “La main dans la chatte à Ginette” : Glamour. La faute à Gégé et Ginette qui font des cochonneries .
  • “Coucou tu veux voir ma bite extraterrestre” : Euh… Pour la proposition, non merci… Pour le mot clé, ça se tient. Voilà ce qui arrive lorsqu’on case des “coucou, tu veux voir ma bite ?” dans les titres d’article. Toutefois, la presque-réponse à cette requête se trouvait sur Wikipédia, illustrant l’article “pénis” (attention au lien : c’est exposé dans un musée, ce n’est pas vraiment alien, mais c’est vraiment dégueu).

Lire la suite »

Ecrit le par dans la catégorie Wouak ?.

Un truc magique avec internet : pour toute fantaisie sexuelle, aussi improbable ou absurde soit-elle, qui pourrait vous traverser l’esprit, vous pouvez généralement y trouver une illustration de la chose. Voire un site entier qui lui est consacré.

Et il en est de même pour nombre d’obscénités que vous n’avez pas encore imaginées. Je vous laisse vous faire une idée de la quantité d’atrocités que mes yeux ont vu défiler afin de dénicher les bizarreries qui vont suivre.

Nymphopanda

panda-fuck-screenshotUne demoiselle commence à se masturber. A côté d’elle gît, inerte, un panda en peluche géant.

La demoiselle est en pleine action, lorsque le panda se met à bouger, de manière pas très vivace (n’oublions pas que l’animal est une grosse peluche ramollo qui passe ses journées avachi sur le dos à contempler les acariens dans son pelage), et à réclamer de l’attention. S’ensuivent des ébats humanopeluchiques.

C’est ainsi, que, par hasard, j’ai découvert PandaFuck.

 

La bistouquette du panda est un sextoy, rose ou noir selon les vidéos : soit il s’agit en réalité d’une Madame Panda, soit Monsieur Panda a des difficultés à maintenir une érection convenable dans son accoutrement. Malgré cela, on assiste, à l’issue de la plupart des vidéos, à une éjaculation peluchique (yaourt ou lait concentré sucré ???).

Lire la suite »