Ecrit le par - Mis à jour le

Accueil Forums Sexualité Les mots pour. Sensations vaginales, peniennes, etc.

Ce sujet a 9 réponses, 2 participants et a été mis à jour par Curieux Curieux, il y a 2 mois et 3 semaines.

10 sujets de 1 à 10 (sur un total de 10)
  • Auteur
    Messages
  • #49981
    Curieux
    Curieux
    Participant

    Il y a quelques jours, je posais une colle à Elle:

    lien

    En gros, je lui demandais de décrire les différences de sensation entre sex-toy en bois, verre, plastique.

    Ce à quoi Elle me répondit fort pertinemment:

    C’est assez difficile à décrire précisément (je ne sais si la langue française manque d’adjectifs pour qualifier des sensations vaginales, ou si je ne trouve simplement pas les bons mots) […]

    Bien vu!

    Ma question s’adresse donc à vous tous, possesseurs de pénis, vagins, anus ou autres.

    Comment pourriez vous décrire les sensations que vous éprouvez? Quitte à créer des néologismes, pour peu que ceux ci soient bien expliqués.

    Un point qui m’intéresse, c’est de traduire les sensations éprouvées par un pénis ou un vagin. Parce que malheureusement, ça ne concerne que la moitié de la popu pour chaque (les hermaphrodites vrais étant plutôt très rares).

    Ma seule hypothèse de travail dans ce cas là, est que hommes comme femmes possèdent un anus. Ca fait donc un point de comparaison possible des sensations. Par exemple quand une femme dit qu’elle aime se sentir “remplie” dans son vagin, je peux comprendre ça par la sensation correspondante dans mon anus. Pour le pénis, je pourrais peut-être tarduire les sensations en disant ce qu’éprouvent mes doigts, voir ma cuisse (pas d’illusions! Je veux évoquer lorsque ma compagne serre ma cuisse entre ses jambes, sensations qui me fait des fois penser à ce que j’éprouve quand mon pénis est serré en elle.)

     

    Bref, si vous pouvez décrire et si vous avez des questions, ça m’intéresse.

    Moi j’ai toujours été curieux de savoir ce que ressent un vagin, par exemple. Ou une poitrine féminine, la mienne étant très peu réactive.

    A vous. :mail:

     

    PS: sur certains forums (transg€nres) j’ai appris que la notions de femme et de vagin et d’homme et de pénis n’était pas synonyme. Dans le texte ci-dessus, j’ai évité ce cas pour simplifier donc je vous prie de ne pas m’en vouloir. Ce qui m’intéresse réellement, ce sont les sensations des organes et les mots pour les décrire, par le genre.

    #50013

    purple
    Participant

    En voilà un post intéressant.

    J’ai déjà songé à faire plus ou moins le meme. Du moins plus centrer sur les sensations péniennes. Pour une raisons précise.

    Car je pense que j’ai un soucis au niveau des sensations.

    En faite je ne ressens physiquement presque lors de pénétration voir masturbation.

    Le seul vrai instant qui me procure du plaisir et des sensations est l’orgasme sauf que l’orgasme pour nous les hommes sa veut dire que tout s’arrête là.

    J’aurais aimé savoir si c’est un peu pour tout les hommes pareil ou j’ai effectivement un problème.

    Quand je vois ma chérie je sais que je lui fais vraiment du bien pendant la pénétration la pénetrer c’est bon pour elle ça se voit. Moi la pénétrer… Je sens que je rentre en elle mais c’est un peu comme si je le faisais avec le doigt…. J’exagère un peu mais je ne suis pas loin de la vériter.

     

    #50014
    Curieux
    Curieux
    Participant

    Ce qui m’intéresse dans ce sujet, c’est surtout de tenter de transcrire les sensations en mots, à fortiori les sensations qu’on ne peut pas extrapoler faute d’organe ad hoc.
    Mais pour revenir à tes propos, purple:

    Quand tu dis que tu ne ressens rien, purple, tu veux dire quoi?

    Par exemple supposons que tu piques la hampe de ton pénis avec une aiguille, tu ne ressens rien? Idem pour le gland?

    Ou est-ce que tu ne ressens pas de plaisir?

    Dans mon cas, pour ce qui est de la pénétration, la hampe du pénis est assez peu sensible. Je sens si c’est serré ou pas, c’est tout, mais être serré c’est très agréable. Pour le gland, le plaisir est plus intense mais diffus. Je sens si ça appuie sur quelque chose, et c’est une sensation plaisante. La sensation s’est un peu engourdie avec les années. Mon orgasme est devenu assez psychologique alors qu’à 15ans, c’était surtout des sensations pures.

    Par contre, pour d’autres activités comme lorsque ma copine me fait une fellation, les sensations sont plus précises. Principalement au niveau du gland, la hampe étant plus neutre. Le plaisir ressenti me fait parfois penser à une brûlure. Il y a aussi la couronne du gland, très sensible. Là aussi, sensation parfois proche de la brûlure, comme se faire caresser un coup de soleil.

    Niveau testicules, sensibilité équivalente et similaire à de la peau de dessus des mains. Je “sens” si ma copine mouille, je sens parfaitement sa langue, etc.

    #50015

    purple
    Participant

    Non je n’ai pas d’insensibilité.

    Je la pince j’ai mal je la pique j’ai mal etc…

    Le ” problème” est plutôt au niveau du plaisir sexuel.

    Car je vois bien que ma femme, son vagin lui procure d’intense sensations hors orgasmes.

    Moi on peu me tripoter le sexe dans tout les sens je ne ressent pas vraiment de “plaisir sexuel”

    À part peut être le frein qui si stimulé me procure une sensation étrange au niveau anal… Oui anal j’ai bien dit.

    Je ressent comme une sensation de brûlure au niveaux de la prostate plus quelque maigre sensations localement. Je  parviens à jouir très facilement via le frein.

    Sinon n’importe quel autre stimulation du pénis c’est sans plus. on va dire que le plaisir que je ressent est 100% psychologique. C’est d’être excité qui me fais du bien, mais pas physiquement.

    Je peux comparer ça un orgasme.

    Même si c’est court est assez pauvre niveau sensations (quelques secondes très localiser au niveau du pénis ca ne vas pas plus loin) je ressent quand même un plaisir physique. Alors que hors orgasme j’ai du mal à associé le ressenti avec de la sexualité.

    Je sent mon pénis dans son vagin mais je ne peux pas dire que ça fais du “bien”.

     

     

    #50016

    purple
    Participant

    Et d’ailleurs je rajouterai que j’ai aucune zone vraiment érogène.

    Ma femme je lui touche le poignet le coude et tout un tas d’autre endroit absolument pas lier au sexe ça lui fais du bien sexuellement parlant en plus de l’endroit touché… Moi c’est vraiment pas les deux seul endroits assez sensible sont l’anus et les bourses

    #50017
    Curieux
    Curieux
    Participant

    Heu…

    “je rajouterai que j’ai aucune zone vraiment érogène.”

    Ben à te lire, les testicules et la prostate.

    Faudrait d’autres témoignage mais les zones érogènes de base de l’homme sont à la fois plus facilement stimulables et peu nombreuses que celles de la femme

    En gros, notre biroute part au premier coup, mais en dehors de la biroute… Alors que ces dames doivent être dans des conditions ad hoc pour jouir, mais par contre, vaoum!!!

    Chez la femme je pense que la chose est différente -là aussi, pure hypothèse-. La jouissance nécessite un apprentissage, une exploration de son corps. Probablement pour ça que les femmes atteignent moins fréquemment l’orgasme que les hommes mais qu’une fois qu’elles l’ont maîtrisé, c’est plus facile pour elles. Donc plus de zones érogènes. Le rôle traditionnel dominant dominé joue un rôle aussi je suppose.

    Pour en revenir à ton cas, je pense qu’il va falloir que tu réapprennes ton corps, de la même manière que les femmes le font. J’ai eu le même problème à une époque… Etre moins dans la performance, plus dans la découverte. Essaye les massages érotiques, ça permet de découvrir d’autres zones.

    Tu peux aussi apprendre à faire durer l’orgasme. Chaque fois que tu l’approches et que tu es prêt à basculer tu te détends, puis tu recommences. A la quatrième fois, tu éjacules.

    Pour ce qui est de ce que tu décris, lors d’orgasmes intenses les muscles du petit bassin se contracte en entier, l’anus se contracte, etc. Bref, la source de sensation peut venir de partout. De mon vécu, ça intensifie les effets. Comme si ça partait de l’anus et que ça atteignait le méat urinaire. Un genre de lance de feu.

    Ca ressemble à quoi tes sensations de la prostate?

    #50018

    purple
    Participant

    On est très différent des femmes sur ce points la… Enfin on est très different tout court même!

    Et je nous trouve vraiment limité sexuellement parlant je trouve les possibilités et le Plaisir vraiment moindre vis à vis de ma femme.

    Bon après je ne pense pas avoir tant à apprendre ou reapprendre de mon corps

    D’ailleurs j’arrive en solo à jouir sans ejaculer c’est particulièrement bon moins intense qu’avec l’éjaculation mais plus diffus ça s’ecarte au dela du pénis et ca me permet de garder mon excitation et de recommencer la même chose car je n’ai pas fini.

    Après j’ai déjà connu de grand orgasme à un point même que j’ai l’impression de sortir de mon corps mais c’est uniquement en solo et suite à un travail de 1h30 2h que j’ai pas tout le temps de courage d’entreprendre. En plus de cela des fois je craque pour  finir de manière plus classique.

    Dommage que ce soit si compliqué pour moi parce que ca vaut vraiment le coup par contre.

     

    Après les sensation au niveau de la prostate ben comme j’ai dis avant une sensation de brûlure très localisé mi gênante mi agréable.

    #50019
    Curieux
    Curieux
    Participant

    @purple:

    “On est très différent des femmes sur ce points la… Enfin on est très différent tout court même!”

    Sur quel point? Jamais entendu parler des études sur les transgenres? Ou sur le fait que les organes mâles et femelles ont la même origine embryonnaire?

    “Bon après je ne pense pas avoir tant à apprendre ou reapprendre de mon corps”

    Parait qu’on a jamais fini d’apprendre que je sache… :D

    Si tu te fies aux écrits de GC, il y a des tas de domaines qu’on a peu l’opportunité de découvrir en temps normal.

    Pour le reste, sinon, ça me dépasse. Va voir un sexologue/andrologue peut être. C’est remboursé par la sécu.

    #50020

    purple
    Participant

    <p style=”text-align: left;”>On est très différent des femmes… Peut être pas génétiquement mais psychologiquement sans aucun doute pour moi.</p>
    Après c’est sûre que on a toujours à apprendre et ceux dans toutes les choses de la vie

    #50029
    Curieux
    Curieux
    Participant

    Génétique et psychologie.

    Si ma mémoire est bonne, le cortex frontal est plus développé chez la femme : meilleur capacité d’empathie. De plus le pont inter-hémisphère est plus développé : meilleur collaboration des capacités intellectuelles et artistiques, au dépend de pouvoir se concentrer sur une tâche. Et, étonnamment, les trans ont souvent un cerveau similaire à celui du sexe opposé à celui dans lequel il/elle sont nés.

10 sujets de 1 à 10 (sur un total de 10)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google Plus Poster sur Tumblr Envoyer par mail

Les commentaires sont fermés.