pinces à seins japonaises

Test des pinces à seins japonaises Lux Fetish

par Elle
le

Choisir des pinces à seins, ce n’est pas une affaire évidente. Des fois ça pince trop, des fois ça ne pince pas assez, des fois ça ne tient pas… Et ce n’est pas comme si l’on pouvait les essayer avant achat.

pinces à seins japonaises

Nous avions déjà deux autres paires de pinces à seins (en photos  et  sur le forum exhib).

La première, que nous avons depuis fort longtemps, est une pince à chaînes “classique”. La seconde, un accessoire de la marque Pipedream acheté dans un sexshop au coin d’la rue, tient grâce à des aimants, ce qui lui donne un aspect vraiment sympa, mais elle a une fâcheuse tendance à glisser toute seule, et à venir coincer un minuscule bout de peau.

J’ai donc eu envie de tester un autre type de pinces à tétons : les pinces à seins japonaises, des pinces un peu plus volumineuses que les autres.

Pinces à seins japonaises

Voici le test des pinces à seins japonaises Lux Fetish.

Packaging

Le packaging est très sommaire, et jetable : un emballage en plastique, avec, à l’intérieur, la photo d’une dame en sous-vêtements imprimée sur du carton fin, que l’on voit par transparence.

Mais ne nous attardons pas sur la boîte. Ce sont les pinces qui nous intéressent.

Packaging des pinces à seins

Aspect des pinces à seins japonaises et premières impressions

Les pinces à seins japonaises, en métal argenté, sont pourvues d’un mécanisme un peu plus complexe que des pinces classiques. Lorsqu’on presse sur les deux extrémités d’une des pinces pour l’ouvrir, une tige, orientée selon l’axe central de l’objet, coulisse simultanément.

L’aspect très spécifique de mécanisme vaut d’ailleurs aux pinces japonaises diverses autres appellations en anglais : “clover clamps” (pinces trèfle) ou “butterfly clamps” (pinces papillons). Les francophones, quant à eux, ne retiennent que l’origine historique présumée de ces pinces.

une pince à seins

Les pinces japonaises Lux Fetish sont très légères… Je m’attendais à avoir entre les mains un objet un peu plus lourd. Le bon point, là-dedans, c’est que le poids des pinces ne tire pas les seins vers le bas, c’est donc plus esthétique… Le mauvais, c’est que, le métal étant très fin, ça fait un peu “toc”.

Des pouics en caoutchouc recouvrent les parties en contact avec la peau, afin d’amortir le pincement, et ainsi, de ne pas laisser de marques.

Les pinces à seins japonaises Lux Fetish

Utilisation des pinces à seins japonaises

Les pinces à seins japonaises Lux Fetish pincent assez fort. C’est d’ailleurs là une caractéristique typique des pinces japonaises.

La douleur reste tout à fait supportable… Mais autant, pendant une séance BDSM, dans l’excitation du moment, la sensation causée par le pincement est agréable, autant si l’on met les pinces “à froid”, juste histoire de les essayer, ouch… ça fait grimacer.

objetsdeplaisir-test-japanese-pinces-seins-9
Ça pince…

Les pinces de ce types sont également réputées pour avoir beaucoup moins tendance à glisser que les autres modèles.

Là aussi, cela se vérifie. Elles tiennent mieux en place que nos deux autres paires de pinces à seins.

Et enfin, dernière caractéristique : ces pinces sont censées pincer davantage si l’on exerce une traction dessus, grâce au mécanisme en forme de trèfle / papillon.

Bon, c’est sûr que si l’on tire sur la chaîne pendant qu’elle pince les seins, ça fait davantage mal, mais est-ce le pincement qui s’accroît ?

Les pinces à seins en action

Nous n’avons pas vraiment su à quel sein nous vouer pour déterminer cela. Etant un peu chochottes quand même, porter les pinces, ça va, se mettre à tirailler dessus, dans le feu de l’action, passe encore, mais par contre, hors contexte et tout en se concentrant pour tenter de savoir précisément de quelle manière ça fait mal, ouch… Impossible.

Afin de mettre un terme à cette laborieuse tentative de mesure, nous avons préféré exercer nos pulsions sadiques sur… une boule de Patafix, objet dont la consistance s’approche très, très vaguement de celle d’un téton, afin d’observer le fonctionnement de l’engin de plus près. Bilan : en effet, tirer sur la chaîne semble augmenter la pression, mais de manière très légère.

A noter, également, que les anneaux qui relient la chaîne aux pinces ne sont pas très épais, il ne semblent pas ultra-solides.

objetsdeplaisir-test-japanese-pinces-seins-8
Pinces à seins et rosé de Gambrinus (je vous vois d’ici vous gratter le front d’un air perplexe)

Conclusion sur les pinces à seins japonaises Lux Fetish

Les bons points :

  • Les pinces à seins japonaises Lux Fetish tiennent bien en place, elles ne tentent pas de se faire la malle juste après avoir été posées.
  • Leur prix est très bas (moins de 14 euros).
  • Leur légèreté les empêche de tirer les boobs vers le bas, comme le font les pinces plus lourdes.

Les mauvais points :

  • Le métal très fin fait un peu “toc”, et les anneaux qui relient les pinces à la chaîne semblent fragile.

pinces à seins japonaises

En bref : les pinces à seins japonaises Lux Fetish sont ont beau être des accessoires assez bon marché, elles remplissent tout à fait leur but : elles tiennent bien en place, et elles pincent… plutôt fort… A mon goût, ce n’est pas trop fort, si le contexte et excitation vont avec. Mais elles peuvent ne pas convenir aux personnes qui ont les tétons très sensibles.

 

Note finale du test

8 .4 / 10

Look et originalité

9/10

Texture et matériau

8/10

Efficacité

8/10

Ergonomie et aspect pratique

7/10

Rapport qualité/prix

10/10

Les plus

  • Tiennent bien en place
  • Légères
  • Prix très bas

Les moins

  • Semblent fragiles

 

 

Collectionneuse compulsive de sextoys, testeuse pointilleuse et exhibitionniste débutante.

10 réflexions sur “Test des pinces à seins japonaises Lux Fetish”

  1. C’est clair que leur prix est très, très raisonnable, pour un premier essai, elles pourraient d’après tes descriptifs tout à fait me convenir, étant assez “chochotte” des Boobs?!! je retiens l’expression!! Et en fait ton point négatif, je le passe en positif: “ne tires pas trop fort sur les chaines, elles sont fragiles”!!ha!ha!! Merci à vous 2 pour ce test, toujours aussi complet.
    1. Merci pour ce commentaire ! Même si je n’en ai jamais testé, je pense que les pinces les plus “chochotte-proof” (ou du moins, ayant un bon potentiel pour être soft) sont celles qui sont réglables… A essayer pour vérifier…
  2. “Pinces à seins et rosé de Gambrinus (je vous vois d’ici vous gratter le front d’un air perplexe)” Tout à fait ça me laisse pantois pour le coup. :D “Il dit qu’il voit pas le rapport” Elles ont effectivement l’air intéressantes pour un premier essai.
    1. En prenant les photos des pinces, Lui, qui cherchait un support pour les poser, a croisé cette bouteille de (bonne) bière vidée par mes soins. Et sinon, le rapport, euh… :D
  3. Trés intéressantes ces petites pincettes …. :-) Une idée à creuser … Merci m’dame pour ce nouveau test….. :-) :-)
  4. J’ai ces pinces depuis un moment mais en noir mat de marque Spartacus. Hormis la couleur ce sont exactement les mêmes. La traction sur les pinces accroît en effet le serrage et donc la douleur. Ayant des piercings aux tétons, elles passent parfaitement derrière ceux-ci et ne les coincent pas, elles restent donc parfaitement sur la peau. Je les conseille absolument pour des premières pinces car elles tiennent le coup et c’est toujours un vrai plaisir de s’en servir et je ne vois pas lesquelles pourraient être meilleures ;)
    1. Merci d’avoir partagé ton avis ! C’est clair qu’avec des piercings aux tétons, les pinces qui glissent, ça doit pas vraiment être jouable…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *