La marque Autoblow, à l’origine du masturbateur-suceur Autoblow 2 que nous avions testé, a créé un sextoy qui utilise l’intelligence artificielle pour s’occuper de votre pénis. L’Autoblow AI est un masturbateur qui a appris à faire des fellations grâce à un algo de machine learning.

En effet, ce sextoy a regardé des heures et des heures de porno, afin de comprendre et d’apprendre les techniques de fellation des humains. Ses déductions ? Une fellation se compose de 16 mouvements-clé. Sans oublier l’élément de surprise, qu’il sera également capable de procurer.

Autoblow AI et son créateur Brian Sloan

Pour recréer les sensations d’une fellation, l’Autoblow AI possède un microcontrôleur et une multitude de capteurs. Ceux-ci contrôlent une pince, qui manipule la gaine du masturbateur. Au programme, dix modes, dont chacun promet une expérience de sexe oral différente.

Brian Sloan, inventeur de l’Autoblow AI, a accepté de répondre à nos questions.

Avez-vous essayé l’Autoblow AI ?

J’ai essayé le dispositif des dizaines de fois tout au long de son cycle de développement, qui nous a pris plus de 3 ans.

Comment décririez-vous les sensations ?

Les sensations sont excellentes. Je trouve que l’Autoblow AI capture réellement les nuances dans les techniques, qu’un homme ressent lorsqu’un(e) partenaire humain(e) lui fait une fellation. En particulier, nos modes spéciaux qui commencent et s’arrêtent, et peuvent vous emmener jusqu’au bord de l’orgasme puis s’arrêter avant que vous n’ayez eu le temps de jouir.

Quelle est la différence avec un masturbateur sans IA ?

Déjà, il y existe très peu de masturbateurs mécaniques ou électroniques à l’heure actuelle. Et notre innovation réside autant dans notre conception mécanique que dans l’intelligence artificielle que nous avons utilisée pour créer les actions qu’elle imite.

La différence est très simple à comprendre. Notre sextoy bouge comme les humains, tandis que les autre masturbateurs électroniques bougent avec des mouvements stupides et non-humains, créés sans trop d’attention à la réalité.

D’abord, nous avons inventé un système motorisé, cette pince qui est capable de transférer des mouvements humanoïdes au pénis. Puis, grâce à l’intelligence artificielle, nous avons pu déterminer quels sont ces mouvements humains, et nous les avons programmés dans l’appareil. Ainsi, l’Autoblow AI ne fait pas de fellations comme nous voulions qu’il les fasse, mais il fait des fellations basées sur notre recherche AI quant à la manière dont les humains les font.

La différence est à la fois physique et psychologique pour les utilisateurs.

Il y a quelques années, vous avez organisé un concours du plus beau vagin. La gaine vagin de l’Autoblow AI est-elle à l’effigie de la vulve de la gagnante ?

En effet, oui, nous continuerons d’utiliser nos numérisations 3D du concours du plus beau vagin au monde pour créer des gaines pour cette machine.

Je ne l’avais pas encore mentionné, parce que je ne voulais pas mélanger les concepts. Nous essayons de faire part de notre avancée en tant que première marque à utiliser l’intelligence artificielle dans un sextoy, et nous ne voulions pas rendre le message confus.

Pourquoi y a-t-il une sorte de concombre géant sur les photos du communiqué de presse ? Est-ce un concombre géant ? Où l’avez-vous trouvé ?

En fait, c’est un type de melon qui pousse en Chine et en Asie du Sud-Est. Je l’ai acheté sur un marché vietnamien à Berlin. Je l’ai utilisé dans ma vidéo pour représenter un pénis géant. Nous avons rigolé avant de filmer la vidéo et j’ai décidé de faire quelques photos avec.

Je me suis dit que les médias aimeraient ce gros melon, je l’ai donc envoyé dans notre communiqué de presse.

Pensez-vous que l’Autoblow AI et les love dolls pourraient s’associer pour créer le robot sexuel parfait ?

C’est une question intéressante. J’ai rencontré le propriétaire de RealDoll, Matt McMullen, à plusieurs reprises à son bureau. Et nous avons évoqué la possibilité d’introduire une de nos machines dans l’une de ses poupées à un moment donné.

Il m’a dit quelque chose qui m’a surpris : les gens achètent des love dolls plus pour la compagnie que pour le sexe. Je lui ai demandé, par exemple, pourquoi Harmony, sa poupée dotée d’une intelligence artificielle, était programmée pour parler, plutôt que pour baiser. Il a répondu que sa clientèle trouvait l’interaction plus importante que la partie sexuelle, bien qu’ils aient certainement des relations sexuelles avec les poupées.

Donc, oui, c’est possible, mais pas très simple, et il n’est pas clair qu’il existe un marché pour cela.

Y aura-t-il un Autoblow pour les femmes un jour ? Si oui, à quoi ressemblera-t-il ?

J’expérimente avec la robotique avancée en vue de concevoir un sextoy destiné aux femmes, mais je suis plus à l’aise sur le marché des hommes.

Je pense aussi que mon style de marketing convient davantage aux hommes. Si j’essayais de vendre aux femmes comme je vends aux hommes, je n’aurais aucun client.

 

Merci à Brian Sloan, qui a très sympathiquement pris le temps de répondre à nos questions.

L’Autoblow AI est en précommande sur sa campagne de crowdfunding Indiegogo, dont l’objectif initial a déjà été largement dépassé. Son site officiel en dit davantage à son sujet. Nous le testerons lorsqu’il sortira.

 

3
Poster un Commentaire

avatar
3 Comment threads
0 Thread replies
2 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
CurieuxFanlham Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Fanlham
Fanlham

Ca ressemble quand même à un robot de cuisine… j’hésiterai avant d’y glisser un truc intime ! :)
J’attendrai votre test. Merci ;)

Curieux
Curieux

“ce sextoy a regardé des heures et des heures de porno” Ha. Oui. Bon, alors j’explique une IA. C’est un programme qui se base sur ce qu’il a observé pour déterminer ce qu’il doit faire. Ca utilise les statistiques. Par exemple si vous montrez 200 dessins de ronds et 200 dessins de carrés à une IA elle va trouver des critères pour différencier les ronds des carrés. Elle aura aucune idée de ce que sont les triangles par contre. Il est facile de tromper une IA. Pendant “l’apprentissage”, il suffit de lui fournir un mauvais échantillon ou un échantillon biaisé.… Read more »

Curieux
Curieux

– apparté- Il y a deux manières de construire un programme pour imiter l’humain. Pour déterminer ce qu’est un carré et ce qu’est un rond, vous pouvez prendre 2000volontaires, leur montrer des dessins de carrés et de ronds et essayer ce qui en eux fait qu’ils identifient une image comme rond ou carré. Vous aurez ainsi une image du fonctionnement du cerveau humain. Vous pouvez aussi montrer à un IA des milliers d’images de carrés et de ronds, sélectionner des critères de mesure dans le programme (la zone de noir, de blanc, etc.) et lui apprendre ce qui statistiquement est… Read more »