Ecrit le par dans la catégorie Sexualité - Mis à jour le

live_nude_gene_hunt_flickrIl y a quelque temps, je me suis demandé à quoi servaient exactement les cabines vidéos d’un sexshop. Des personnes sympathiques ont accepté de me raconter ce qu’elles avaient fait dans ces cabines, ce qui les avait excitées et ce qui leur avait déplu (voir partie 1 et partie 2).

Dans cette troisième partie, Françoise et Thierry, qui pratiquent le libertinage en couple et ont un sympathique site d’exhib amateur à la sauce des années 2000 (ne cliquez pas si vous ne souhaitez pas que des photos dénudées s’affichent sur votre écran), ont gentiment répondu à mes questions.
Lire la suite »

Ecrit le par dans la catégorie Sexualité - Mis à jour le

Pourquoi fréquente-t-on les cabines vidéos d’un sexshop ?

Quelques habitué(e)s des lieux ont accepté de m’éclairer sur le sujet en me racontant leur point de vue et leurs expériences.

Dans cette seconde partie, voici ce qu’en pense Thierry, qui a aimablement accepté de répondre à mes questions.

 

J’ai 52 ans et je suis en couple depuis plus de 28 ans. Je fréquente les cabines de sexshops régulièrement, depuis plus de 20 ans.

Lire la suite »

Ecrit le par dans la catégorie Sexualité - Mis à jour le

Pourquoi fréquente-t-on les cabines vidéos d’un sexshop ?

Quelques habitué(e)s des lieux ont accepté de m’éclairer sur le sujet en me racontant leur point de vue et leurs expériences.

Dans cette première partie, voici ce qu’en pense Melle. Misslady, qui a eu la gentillesse de répondre à mes questions.

 

J’ai pas mal d’expérience des cabines vidéo de sexshops.

Celles-ci ne m’attirent pas spécialement pour leur fonction première (regarder un film porno), mais plutôt pour les avantages qu’elles apportent en matière de libertinage, dont je suis adepte.

Lire la suite »

Ecrit le par dans la catégorie Boutiques - Mis à jour le

L’avantage principal à se rendre dans une “vraie” boutique de sextoys plutôt que dans un sexshop en ligne, c’est la possibilité de tripatouiller les modèles d’expo afin de tâter leur texture, voir comment ils fonctionnement, si leurs vibrations ont l’air efficaces, s’ils semblent ergonomiques, et de vérifier que leur taille correspond bien à ce que l’on recherche.

Sur internet, on trouve certes les dimensions des objets, mais il est malgré tout parfois difficile de se faire une idée concrète. Bref, on n’est pas à l’abri d’une erreur d’échelle).

En Angleterre, nous avons découvert les boutiques Ann Summers, dont la “spécialité” est la gamme de vibros Rampant Rabbit.

Lire la suite »

Ecrit le par dans la catégorie Érotisme - Mis à jour le

Nous revenons de Londres, où nous avons séjourné dans le quartier de Soho (à ne pas confondre avec son homonyme new-yorkais, ni avec la liqueur de lychee).

Soho, apparemment, jusqu’aux années 80′, c’était un quartier hypra-débauché, avec des sexshops sans licence et tout et tout (ouais, bon, dit comme ça, ça n’a pas l’air très impressionnant). Ensuite, des “purges” policières ont aseptisé le tout, réduisant par la même occasion la taille de la zone consacrée à l’érotisme.

Le quartier reste malgré tout très animé, avec de nombreux bars, théâtres et concerts, et un certain nombre de boutiques au contenu plutôt sexy : lingerie, tenues BDSM, sextoys (vous remarquerez les petits œufs Tenga en vitrine, sur l’une des photos)… Et des statues partouzeuses.

 

Je vous laisse regarder quelques photos afin que vous puissiez en juger par vous-mêmes.

 

Lire la suite »

Ecrit le par dans la catégorie Boutiques - Mis à jour le

Je n’ai pas l’âme d’un blogueur et l’idée même d’avoir à écrire du texte vide complètement mon esprit de toute idée potentielle. Aussi, ce billet sera bref et pas spécialement agréable à lire, j’en suis désolé, mais il aura au moins le mérite (j’espère) de vous communiquer notre expérience avec la boutique en ligne Adam & Eve.
Lui

 

 

Adam & Eve, c’est le tout premier sexshop en ligne à qui l’on ait fait confiance. A tort ou à raison ?

Lire la suite »

Ecrit le par dans la catégorie Boutiques - Mis à jour le

Ne vous inquiétez pas, je ne vous expliquerai pas dans cet article comment fabriquer un sextoy à partir d’une banane ou d’un coupe-gigot. Par contre, je vais (un peu) tenter de vous saper le moral. Nombre de sextoys sont fabriqués à la chaîne par des ouvriers sous-payés (notamment en Chine, où les sextoys sont autorisés, mais la pornographie interdite et sanctionnée de lourdes amendes, voire de prison), puis importés par des multinationales qui s’en mettent plein les poches sur le dos des humains (et tant pis pour vous s’ils contiennent des phtalates et sont un chouilla cancérigènes au passage, tant que le chiffre d’affaire est au rendez-vous)…

 

Donc ? Capitaliste, le sextoy ?

 

Pas toujours (et voilà, votre moral remonte !). L’artisanat en matière de sextoys, ça existe. Et c’est classe.

 

Un sextoy créé par l'Artisan du PlaisirL’Artisan du plaisir est une boutique qui réalise et vend des sextoys en bois, fabriqués à la main dans son atelier, dans les Pyrénées.

Six modèles, portant des noms alléchants tels que “Caresses Enflammées”, “Passions Libertines”, “Séductions Coquines” ou encore “Éveil des sens”, sont proposés.  Chaque modèle est disponible dans cinq essences de bois différentes, issues de forêts françaises soumises à des contrôles stricts et participant au développement durable.

Les godes et les plugs créés par l’Artisan du plaisir sont des objets originaux, esthétiques et uniques (les motifs formés par le veinage naturel du bois diffèrent d’un exemplaire à l’autre). Ils sont livrés dans un joli coffret en bois dont l’aspect luxueux ferait pâlir les emballages industriels les plus échafaudés.

 

Le propriétaire de cette boutique a aimablement accepté de répondre à nos questions.
Lire la suite »

Ecrit le par dans la catégorie Boutiques - Mis à jour le

festa-leonardo-sardinhaDèmonia… Késaco ? La petite amie de Cthulhu ? Un groupe de death métal velu ? L’héroïne sexy mais maléfiquement kitsch d’un jeu vidéo (-trululu, histoire de continuer les rimes en “lu”) ?

Eh bien non. Dèmonia, c’est un sexshop. Vous ne vous en doutiez absolument pas, hein ? Enfin pas exactement. Dèmonia est à la fois un sexshop et une boutique d’accessoires et de vêtements fétichistes, orientée SM. Dèmonia organise également des soirées fétichistes, dont la plus remarquable est la Nuit Dèmonia, qui a lieu une fois par an et est reconnue comme étant la plus grandes soirée fétichiste de France.

La boutique Dèmonia se trouve à Paris, près de la station de métro Ménilmontant. Mais ses articles sont également disponibles via internet, sur sa boutique en ligne.

Nous avons pu apprécier, à plusieurs reprises, sa fiabilité en matière de délais. A chaque fois, les objets ont été expédiés le lendemain de notre commande, ou le premier jour ouvrable suivant celle-ci. Toutefois, certains articles sont indiqués sur le site comme n’étant pas disponibles avant un certain temps (en général 2 à 3 semaines), pour cause de rupture de stock j’imagine, mais vu que nous avions hâte de recevoir notre commande, nous avons soigneusement évité ces articles.

Lire la suite »

Ecrit le par dans la catégorie Boutiques - Mis à jour le

Amateurs et amatrices d’heroic fantasy et de sextoys, Bad Dragon est la boutique online qui vous comblera. Ce site, tenu par une petite entreprise américaine, propose en effet des sextoys en forme de sexes de dragons (mâles ou femelles selon les modèles, il y en a pour tous les goûts), de loups-garous et d’autres animaux fantastiques.

Mais Bad Dragon, ce n’est pas un simple sexshop : à chaque modèle est associée une créature, dont on peut admirer le portrait, magnifiquement réalisé et mignon comme tout, et lire son histoire.

Avec une trentaine de modèles proposés, on remarquera notamment :

Lire la suite »