boutique Dèmonia

Dèmonia : une boutique BDSM et fetish parisienne

par Elle
le

Dèmonia… Késaco ? La petite amie de Cthulhu ? Un groupe de death métal velu ? L’héroïne sexy mais maléfiquement kitsch d’un jeu vidéo (-trululu, histoire de continuer les rimes en “lu”) ?

Eh bien non. Dèmonia, c’est un sexshop. Vous ne vous en doutiez absolument pas, hein ? Enfin pas exactement. Dèmonia est à la fois un sexshop et une boutique d’accessoires et de vêtements fétichistes, orientée SM.

Dèmonia organise également des soirées fétichistes, dont la plus remarquable est la Nuit Dèmonia. Celle-ci, qui a lieu une fois par an, est la plus grandes soirée fétichiste de France.

La boutique Dèmonia se trouve à Paris, près de la station de métro Ménilmontant. Mais ses articles sont également disponibles via internet, sur sa boutique en ligne.

Nous avons pu apprécier, à plusieurs reprises, sa fiabilité en matière de délais. A chaque fois, la boutique a expédié les objets le lendemain de notre commande, ou le premier jour ouvrable suivant celle-ci. Toutefois, certains articles sont indiqués sur le site comme n’étant pas disponibles avant un certain temps (en général 2 à 3 semaines), pour cause de rupture de stock j’imagine… Mais vu que nous avions hâte de recevoir notre commande, nous avons soigneusement évité ces articles.

Dèmonia et les accessoires BDSM

Dèmonia et les accessoires BDSM

Les accessoires BDSM, c’est vraiment le point fort de Dèmonia.

On y trouve de tout, du plus soft au plus hard, avec un éventail de choix impressionnant. Les prix sont dans des gammes assez variées, mais on s’y procure aisément des objets de bonne qualité à un coût abordable.

Les menottes (pour poignets, pour chevilles) et autres accessoires de bondage, les bâillons, les colliers et les laisses, les cravaches, martinets et fouets, les pinces à seins, les cockrings et les accessoires de chasteté y foisonnent, avec de nombreux modèles.

De nombreux objets insolites, absents ou rares dans les boutiques standard, sont proposés. Un seul bémol : parfois, on regarde un objet, et on se dit “mais, comment ça s’utilise, ce truc ?”. Alors, on lit sa description pour savoir… Et on apprend alors les dimensions précises de l’objet sous tous ses angles, mais on n’est pas bien plus avancé quant à son mode d’emploi.

Les vêtements

Si vous cherchez un ensemble sexy et romantique pour une douce nuit d’amour sur un lit de pétales de roses… n’allez pas sur Dèmonia ! Dèmonia s’aventure peu dans le domaine de la lingerie “classique” (hormis une belle collection de bas), on n’y trouvera pas de shortys imprimés ni de soutien-gorges push-up.

Par contre, si vous cherchez un vêtement fetish, qu’il soit en dentelle, en résille, en vinyle, en latex, en plastique, en cuir ou en tissu, plutôt classique ou issu d’un recoin obscur de votre imagination, Dèmonia l’a probablement. Il y en a pour tous les goûts, de la robe de soubrette à la combinaison zentai (pour ceux qui ne connaissent pas, ce sont des combinaisons en tissu très extensible qui recouvrent le corps de la tête aux pieds) en passant par le plus classique corset.

Les sextoys

En matière de sextoys, Dèmonia n’a pas exactement le même répertoire qu’un sexshop classique. Les vibros y sont hélas fort négligés. On y trouve le Fairy, le canard vibrant, le dauphin de Fun Factory en version mini, quelques rabbits, un rouge à lèvres vibrant et quelques modèles moins connus.

(Petite parenthèse, je vous déconseille les rouges à lèvres vibrants… Il y a fort longtemps, j’en ai acheté un dans une boutique en ville. Bilan : en plastique dur et doté de vibrations extrêmement faiblardes, ce sextoy est d’un design amusant, mais d’une inefficacité exemplaire, voire même désagréable.)

Côté godes et plugs, par contre, on a l’embarras du choix. On remarquera également un inventaire conséquent en matière de godes-ceintures.

Les soirées Dèmonia

La Nuit Dèmonia est une grande soirée fétichiste qui a lieu une fois par an à Paris, dans des lieux mythiques :

  • Nuit Dèmonia 2010 (9 décembre) : la Machine du Moulin Rouge (Montmartre)
  • Nuit Dèmonia 2011 (15 octobre) : le Petit Domaine (Bois de Vincennes)
  • Nuit Dèmonia 2012 (16 juin) : les Crayères des Montquartiers

Tous les mois, Dèmonia organise également des “Nuits élastiques”, soirées sur le thème du vinyle, et des “croisières élastiques”, dans le même esprit, mais sur une péniche voguant sur la Seine.

Nous n’avons pas (encore) eu l’occasion de participer à l’une de ces soirées. Mais les vidéos des nuits Dèmonia montrent une ambiance qui semble complètement déjantée.

Des spectacles et des performances contribuent à animer la soirée. Un dress code fetish y est de rigueur. Dans la pratique, cela revient à dire que tous les participants sont vêtus de vinyle, latex, plastique ou cuir… Et nombre d’entre eux portent des tenues encore bien plus originales ! (Du moins, ceux qui ont été filmés, j’imagine que ce sont ceux qui ont les meilleurs costumes…)

Peut-être y irons-nous un jour…

 

Source de l’illustration en tête d’article : galerie Flickr de Leonardo Sardinha, Creative Commons.

 

Avatar
Collectionneuse compulsive de sextoys, testeuse pointilleuse et exhibitionniste débutante.

1 réflexion sur “Dèmonia : une boutique BDSM et fetish parisienne”

  1. GC
    Selon moi, le grand problème des boutiques BDSM, c’est la compétence des vendeurs et la gamme de qualité des articles. 1, gamme : ils devraient faire des catégories de qualité bien détaillées (une échelle de 1 à 5 par exemple) – robustesse, résistances des coutures, des zips, … 2, de nombreux vendeurs (euses) ne pratiquent pas le BDSM et racontent des bêtises. Bien souvent je suis obligé de faire des tests de résistance moi-même, ce qui les fâche quand cela casse. GC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *