Ecrit par & déposé en vertu de Sexualité.

J’ai découvert Bondage-tutorials, un site qui donne des cours de bondage pour débutants, simples et sans prétention.

 

Pas de quoi maîtriser tous les secrets du shibari, mais, pour moi qui ai déjà du mal à faire mes lacets correctement, un truc qui explique quelques bases de manière suffisamment précise pour pouvoir essayer sans choper de migraine, c’est déjà pas mal.

 

J’ai donc tenté quelques tutoriels, et retenu deux des plus simples à réaliser. Résultats en images.

Pourquoi des techniques de bondage ?

S’attacher au lit (ou à un autre élément du mobilier, ou à un accessoire prévu à cet effet), ça peut être très rigolo. Nul besoin d’être fortement porté sur le BDSM pour avoir tenté l’expérience.

Mais selon la gueule des liens improvisés, deux trucs pas géniaux pour la personne attachée peuvent se produire :

  • Cas 1 : Les liens se défont tout seuls et partent en randonnée visiter les environs. Du coup, vu que bon, t’es censé être ligoté et profiter du fait que ton partenaire s’occupe de toi, tu ne vas pas laisser ces enfoirés de liens te gâcher le spectacle : tu les remets en place discrétos. Une minute plus tard, ils se font à nouveau la malle, et rebelote. Tu as l’impression d’être Coyote qui poursuit Bip Bip la menotte. Ce qui te complique un brin les choses pour te détendre et profiter de l’instant…
  • Cas 2 : Ouille ! Les liens se resserrent tout seuls et te font mal au poignet. Ce qui n’est ni sexy, ni agréable : tu attends impatiemment la fin pour pouvoir masser tes articulations endolories. Sans parler des éventuelles marques, qui ne feront pas toujours bonne impression le lendemain. (Ne tente surtout pas de faire croire que c’est ton chien qui t’a mordu le poignet, sinon les gens risquent d’imaginer des trucs vraiment bizarres.)

Donc, même si l’expression “apprendre à faire des nœuds” a tendance à évoquer, au choix, les marins, les scouts ou les Castors Juniors, prendre quelques minutes pour “apprendre à faire des nœuds” peut constituer un atout non négligeable pour les jeux de rôles de tout poil.

Les précautions à prendre

Il est important que les liens autour des poignets et des chevilles ne soient pas trop serrés : il ne faut surtout pas couper la circulation sanguine. Pour vérifier cela, il faut s’assurer que l’on peut glisser au moins un doigt entre la corde et la peau.

Les nœuds ne doivent pas pouvoir se resserrer d’eux-mêmes, même si l’on tire sur la corde.

Et, bien entendu (mais est-il réellement nécessaire de le préciser ?), jamais d’attaches autour du cou.

Le matériel

Il vaut mieux utiliser de la corde de bondage, faite exprès pour. Les cordes de bondage ont subi un traitement qui rend leur surface plus douce, ce qui limite les frottements désagréables : le but n’est pas de se râper le poignet. Elles peuvent être en nylon ou en chanvre. Le nylon est généralement conseillé aux débutants, donc je suppose qu’il est plus doux (n’ayant pas de corde en chanvre, je ne peux pas comparer).

 

Ça s’achète sur internet, dans les boutiques orientées BDSM et dans certains sexshops. Et si l’on choisit bien, ça ne coûte pas spécialement plus cher au mètre que de la corde d’escalade ou de bricolage.

Ce qu’on peut apprendre vite fait

On va rester modeste. But : réussir à attacher chevilles et poignets, éventuellement à une barre ou à un lit, sans que ça serre trop et sans que le nœud se défasse tout seul en 3 secondes. En fait, ça, tu peux le faire en te contentant d’apprendre deux types de nœuds assez simples. Ce qui est assez rapide.

 

Les photos qui vont suivre ont été prises d’une main, tout en attachant ma propre cheville de l’autre main. Alors un peu d’indulgence, s’il vous plaît ! Bref. Tout ça pour vérifier que, sans passer quatre heures à étudier le sujet, on peut aboutir à un résultat pas forcément ultra-magnifique, mais tout à fait utilisable.

 

Pour attacher les poignets ou les chevilles

Le “French bowline”, ou “Portuguese bowline” (merci Wikipédia) est un noeud qui a pour particularité de ne pas se resserrer lorsqu’on tire sur la corde.  Il s’agit d’une version plus complexe du “noeud de chaise” (ou bowline) (voir aussi sur Wikipédia). Ce nœud est utilisé par les alpinistes, les marins et les secouristes, en particulier pour soulever des personnes.

 

En matière de bondage, il permet de réaliser facilement des menottes, autour des poignets ou des chevilles.

D’abord, une forme une petite boucle avec la corde (à environ un mètre de son extrémité).

Tout en maintenant cette boucle entre deux doigts, on fait le tour du poignet ou de la cheville avec la corde, puis on passe celle-ci dans la boucle.

 

On recommence. Un tour de cheville, puis la corde passe dans la boucle. Ici, on fera trois tours en tout (mais on peut varier ce nombre en fonction de la largeur souhaitée).

A la fin du dernier tour, après être passée dans la boucle, la corde passe derrière l’extrémité “libre” de la boucle. (Pour cette étape, je vous conseille de jeter un coup d’œil au tutoriel.)

 

Elle revient finalement une dernière fois dans la boucle.

Le tout forme un “huit”, que l’on va ensuite resserrer, en tirant sur l’extrémité la plus courte.

 

Et voilà le résultat : un nœud qui ne glisse pas.

De plus la tension de la corde se répartit entre les trois boucles, ce qui rend ce lien plus confortable que si l’on ne faisait qu’un tour, et diminue donc le risque d’avoir des marques.

 

Bonus cadeau : La phrase débandante aide-mémoire pour retenir cette technique (traduite depuis Bondage-tutorials) : “Le lapin sort de son trou plusieurs fois, puis fait le tour de l’arbre et rentre à nouveau dans son trou”.

(Évitez juste de prononcer cette phrase à haute voix au moment d’attacher votre partenaire.)

 

Edit (2 juillet 2014) : Le tutoriel de Bondage-Tutorials expliquant le French Bowline n’étant plus accessible, voici, à la place, une petite vidéo qui détaille la réalisation de ce nœud :

 

Pour attacher une barre ou un objet fixe

Jusqu’à preuve du contraire, un barreau de lit n’a pas de circulation sanguine. Pour fixer un lien à celui-ci (ou à une barre de bondage, ou à l’anneau d’une menotte, ou à un peu n’importe quoi qui soit en bois ou en métal), on peut donc se permettre de faire un nœud qui se resserre lorsqu’on le tend.

 

En anglais, ce nœud se nomme “buntline hitch”. Il s’agit encore d’un nœud marin : “buntline” (si vous trouvez la traduction, je suis preneuse) est le nom d’une des cordes permettant de manier les voiles d’un bateau.

Les schémas explicatifs : sur Netknots et sur Wikipédia.

 

Ce nœud ne doit pas être réalisé autour d’une partie du corps.

 

Maintenant, l’application en images :

D’abord, avec la corde, on fait un certain nombre de tours autour de la barre (deux, par exemple, c’est bien, mais on peut aussi en faire plus), en ramenant les deux extrémités du même côté.

On fait passer l’une des deux extrémité par-dessus, puis par-dessous la seconde.

 

Elle boucle sur elle-même, pour ensuite repasser dessous. (Vous remarquerez à quel point ma phrase est claire… Il vaut mieux regarder les photos, et les schémas dans le tutoriel d’origine)

Et ça se termine en… bretzel.

 

Pour finir, on n’a plus qu’à tirer sur les deux extrémités pour obtenir le nœud.

 
Edit (2 juillet 2014) : Là aussi, le tutoriel d’origine n’est plus accessible. Pour plus de détails, voici une courte vidéo expliquant comment nouer un buntline hitch :

Mais… Pourquoi j’ai ligoté ma chaise ?

Même si ça ne met pas très longtemps, il faut compter un bon quart d’heure à faire des nœuds ratés. De quoi démotiver le/la cobaye bénévole qui prêterait gentiment sa patte, et gâcher le plaisir de tester la technique, une fois que celle-ci est (à peu près) au point.

Aussi, autant faire subir les essais ratés à un objet, qui ne se lassera pas des éventuelles expérimentations maladroites. D’où l’utilisation d’une chaise, qui s’est avérée bien pratique.

 

Elle

Testeuse de sextoys at Objets De Plaisir
Collectionneuse compulsive de sextoys, testeuse pointilleuse et exhibitionniste débutante.

"Elle" ou "Eglantine" selon les versions.

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Bondage tutorials, ou pourquoi j’ai ligoté ma chaise"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Julie

Sinon, y a aussi Osez le Bondage : http://www.espacelibido.com/fr/librairie-erotique/osez-le-bondage.html

Mais oui, vaut mieux s’entrainer un peu avant histoire de ne pas casser l’ambiance :-)

Julie

Johny the Rigger :-)

Merci beaucoup pour cet article. Je aprocciated, parce que je suis le gars qui a créé le site. Pour les amateurs de shibari (ou tout simplement bondage japonais), il ya un autre site avec des tutoriels appelés My knots and ties (“Mes nœuds et de liens”):
http://my-knots.blogspot.com
à bientôt

SkifX

La traduction du noeud butline c’est une demi-clé si je me souviens bien de mes navigation ;p mais c’est très bien fait ce tutoriel, y a plus qu’à…. ;)

wpDiscuz