Ecrit le par dans la catégorie Sextoys - Mis à jour le

La boutique en ligne Kisskiss.ch nous a permis de tester un sextoy plutôt insolite : la Rock Box.

Cette machine infernale est un vibromasseur très puissant à double emploi. Elle est présentée comme étant “très probablement le sextoy pour couples le plus puissant du monde”.

En effet, elle possède deux embouts : l’un permet une utilisation féminine pour stimuler le clitoris, et l’autre permet une utilisation masculine pour stimuler le pénis.

Comme vous pouvez vous en douter, ce n’est pas pour son aspect que j’ai souhaité tester ce vibromasseur, mais pour son efficacité, qui s’annonçait… redoutable !

Observons donc ce curieux objet de plus près.

 

Apparences

Ce n’est pas un scoop : la Rock Box n’est pas jolie. Ouep. On pourrait aisément la prendre pour un sextoy des années 80′.

 

Elle est même plutôt effrayante. Hormis sa langue rose, vous pourriez facilement la camoufler parmi votre matériel de bricolage, avec sa poignée de scie circulaire, son gros câble d’alimentation et son boucan d’enfer.

 

 

(Parmi les ustensiles photographiés ci-dessus se cache un sextoy. Mais ne vous trompez surtout pas, car les autres peuvent s’avérer dangereux).

 

Mais ne nous attardons pas sur son physique… Regardez plutôt cette vidéo :

 

 

Vous comprenez pourquoi j’ai voulu tester la Rock Box ?

 

La Rock Box, c’est un truc de bourrins.

 

L’engin, bien qu’un tantinet impressionnant, semble être d’une puissance redoutable… Ce qui est souvent synonyme d’efficacité.

 

Emballage

A sextoy bourrin, emballage bourrin. La Rock Box est vendue dans un gros, gros carton, qui semble tout droit sorti d’un magasin de bricolage.

 

 

Mode d’emploi

En lisant le mode d’emploi , j’ai découvert que la Rock Box était une création de la boutique/marque anglaise Lovehoney. La boutique n’a pas fabriqué l’engin (made in China, comme beaucoup de sextoys), mais c’est elle qui a conçu le modèle et commandé sa fabrication.

 

Alimentation

 

 

La Rock Box se branche sur secteur. Elle est munie d’une prise électrique anglaise, mais un adaptateur est fourni, donc aucun problème pour le branchement. Ces prises sont habituellement plus sûres, mais il s’agit tout de même d’une alimentation sur secteur. Il faudra donc éviter absolument tout contact avec l’eau (pas de bains, de douches, de robinets, ni même de boissons à proximité !).

 

Pour le nettoyage, l’embout qui est en contact avec les parties intimes peut être détaché pour le laver avec de l’eau et du savon, ou avec un produit nettoyant pour sextoys. Si l’on souhaite nettoyer le reste de l’appareil, il faudra utiliser un chiffon.

 

Le câble est très, très long, ce qui est pratique pour le brancher. Son embout est semblable à celui du cordon d’alimentation d’un écran.

 

Par contre, il a tendance à se débrancher de manière impromptue si l’on n’y fait pas attention.

 

Vibrations

La Rock Box possède 6 vitesses de vibrations, qui vont de “puissant” à “très, très puissant”.

 

 

Le sextoy s’allume en appuyant sur un bouton, sur sa poignée.

 

Les vibrations se règlent ensuite avec une molette, située, elle aussi, sur la poignée (de l’autre côté). Cette molette, qui se tourne avec le pouce, est un peu trop “dure” à mon goût. D’un autre côté, ainsi, on ne risque pas d’augmenter ou de diminuer l’intensité des vibrations sans le faire exprès.

 

Utilisation

Comme je vous l’ai dit dans l’intro de cet article, la Rock Box possède deux embouts interchangeables, qui se clipsent dans une encoche prévue à cet effet.

 

 

L’un est consacré au plaisir féminin, l’autre au plaisir masculin. Mais on ne peut pas utiliser les deux embouts simultanément. En matière de sextoys pour couples, ce sera plutôt du “chacun son tour”, donc.

 

Utilisation féminine

La Rock Box s’utilise de manière externe uniquement. Ses vibrations stimulent le clitoris, à l’aide de l’embout rose en forme de langue.

 

 

10… Non, allez… 15 secondes

 

C’est le temps d’utilisation nécessaire pour obtenir un orgasme à l’aide de la Rock Box.

 

Il ne faut pas oublier de lubrifier abondamment la “langue” du sextoy avant de s’en servir (et il en est, bien évidemment, de même avec l’embout destiné au plaisir masculin). En réalité, le risque d’omettre cette étape est assez faible, car, il faut bien le reconnaître, l’engin est assez effrayant. Moi qui trouvais que le Body Wand était bruyant et un tantinet peu rassurant de prime abord avec son air de robot-mixeur… Je me suis certes habituée au Body Wand, mais il faut dire que la Rock Box, avec ses airs de machine infernale, c’est le stade supérieur en matière de sextoy impressionnant.

 

On tartine donc de lubrifiant en pensant très fort “Pourvu que cela suffise à ce ce truc ne me réduise pas la foune en purée !”.

 

Rassurez-vous, pas de purée à l’horizon. La Rock Box est aussi puissante qu’elle en a l’air, mais, fort heureusement, son embout présente une certaine flexibilité, qui lui évite de se transformer en robot-mixeur.

 

Quant à l’efficacité… Si vous souhaitez obtenir un orgasme posé, en faisant grimper progressivement l’excitation tout en prenant votre temps, la Rock Box n’est certainement pas le sextoy qu’il vous faut. Par contre, elle s’avère très pratique en cas d’envie d’orgasme-express (mais hélas pas très discret), car on ne dispose pas toujours de trois heures devant soi pour se masturber.

 

15 secondes, je n’exagère pas (ou si peu…). La Rock Box, c’est le sextoy à utiliser lorsque tu t’aperçois qu’il est tard, qu’il faut que tu dormes très, très vite, et qu’un orgasme serait bien utile pour cela. A condition de n’avoir personne qui dort à côté, bien entendu (le bruit n’est définitivement PAS discret).

 

Utilisation masculine

Les vibrations de la Rock Box peuvent également stimuler le pénis, à l’aide de l’embout noir et plat.

 

Malgré l’aspect effrayant de l’engin, Lui a héroïquement accepté de servir de cobaye. Il va donc vous faire part de ses impressions.

 

 

[A partir de là, c’est Lui qui écrit]

 

Au début, on a l’air con avec sa ponceuse Rock Box vibrante à la main.

 

Mais pour la science, on se décide et on teste, et après quelques minutes d’utilisation… On toujours l’air con.

 

Ceci étant dit, l’air con mis à part, j’ai été assez surpris.

 

Pour être honnête, je dois dire que je n’ai jamais été un grand adepte des vibrations quand il s’agit de mon corps, et j’ai toujours dédaigné d’un air supérieur les objets de stimulation masculins dont les vibrations étaient le principal champ d’action (les cockrings vibrants, pour citer un exemple parmi tant d’autres, ne sont pas ma tasse de thé).

 

Mais malgré tout, la Rock Box, toute moche mais pas hypocrite d’aspect, si je puis dire, je l’ai essayée. Deux fois même, à l’heure ou j’écris ça.

 

Et je dois dire que… j’ai joui !

 

Bon alors oui, ça peut paraître la moindre des choses pour un tel objet, mais pas pour moi. Comme je l’ai dit, je n’aime habituellement pas quand ça vibre. Pis j’ai besoin de psychologie, moi, pour me masturber… Sauf là. Là, j’ai joui en 3 minutes chrono, sans penser à rien de spécial, sans être d’humeur très adéquate, et surtout : sans même me masturber, même pas un peu.

 

Ça, en soi, ça m’a fait bizarre.  Être seul, avec des pensées pas plus drôles que ça, ne pas toucher à son sexe, et éjaculer malgré tout ! De la magie…

 

 

Bref. Ça fonctionne. Ou en tout cas ça a fonctionné sur moi. En suivant les indications du mode d’emploi : en le prenant dans le sens opposé à celui utilisé pour Elle, et en le plaçant contre le “dessous” du pénis. Vers le frein en fait.

 

D’ailleurs, puisque j’en parle, c’est une zone qui n’est pas la plus solide zone du corps de l’homme et la Rock Box, avec ses vibrations monstres, tend à faire un peu peur des fois, aussi, je n’ai pas hésité à commencé par des vibrations faibles, puis des plus fortes, puis retourner à des plus faibles lorsque que je n’étais pas trop confiant. Mais ma “prudence” n’est pas venue suite à un quelconque accident, ceci dit. Tout s’est bien passé, et sans la moindre douleur. C’est juste que, sur le coup, il fait peur, ce monstre.

 

Pour conclure sur mon opinion, j’ai été très étonné, mais la “Boîte Rocher” fonctionne très bien.

 

Est-ce que ça vaut un masturbateur masculin à la mode (comme les Tenga, Fun factory, etc..) ? Je n’en sais rien, je n’ai pas eu l’occasion de comparer.

 

Est-ce que ça vaut une (ou un) partenaire ? Peut-être, si c’est Britney :)

 

Continuerai-je à me masturber avec ? Malgré tout le bien que j’en dis, je pense que ça restera occasionnel. Car – outre son côté pas glamour – je ne suis pas habitué à avoir des orgasmes “neutres”. Sans fantasme, sans pensée érotique en tête. Et c’est le cas avec la Rock Box. Du coup, mon corps est satisfait quand j’ai joui, mais, quelque part, mon esprit pas complètement.

 

[Elle reprend la plume le clavier]

 

Conclusion

La Rock Box : un vibro moche, qui fait peur, mais hypra-efficace, avec des orgasmes rapides garantis.

 

Il ne s’agit pas à proprement parler d’un sextoy “pour couples”, mais plutôt d’un sextoy mixte, que l’on peut se prêter mutuellement lorsqu’on est en couple.

 

Si vous souhaitez vous la procurer, eh bien… Vous allez devoir chercher. Elle n’est hélas plus disponible chez Kisskiss.ch, qui nous a, semble-t-il, fourni son dernier modèle (merci Kisskiss.ch !). Ni sur le site de son fabricant, qui est en rupture de stock. Mais quelques Rock Box survivantes doivent bien traîner sur le web…

 

Il est fort possible que la Rock Box ait été abandonnée en raison de son look. Pourtant, cet engin pourrait intéresser les amateurs de fucking machines : je ne sais pas vraiment si la Rock Box pourrait être considérée comme telle (mais après tout, selon Wikipédia, le Magic Wand d’Hitachi a droit à cette appellation), mais pour un coût modique comparé aux prix souvent très élevés qu’ont les fucking machines, le côté “machine infernale” est là. Parce bon, ok, elle est moche, mais n’empêche, elle impressionne ! Question de ciblage, peut-être…

 

Pour ceux qui rechercheraient des objets présentant des similitudes avec la Rock Box, le (tout récent) Sqweel 2 a été réalisé par la même marque, Lovehoney.

Je ne peux pas vous dire si cela entraîne une quelconque ressemblance entre les deux sextoys, ni si le Sqweel 2 est efficace, étant donné que je ne l’ai pas (encore) testé.

Mais je peux vous dire que, si le Sqweel et son engeance ne m’attiraient pas particulièrement avant d’avoir testé la Rock Box, depuis que mon clitoris a rencontré l’engin, j’ai très envie de tester le Sqweel 2.

 

Rock Box

Rock Box
4.6

Look et originalité

2/10

    Texture et matériaux

    7/10

      Efficacité

      9/10

        Ergonomie et aspect pratique

        1/10

          Rapport qualité/prix

          4/10

            Les plus

            • Ultra efficace
            • Originale avec son côté

            Les moins

            • Moche
            • Encombrante

             

             

            Elle

            Testeuse de sextoys at Objets De Plaisir
            Collectionneuse compulsive de sextoys, testeuse pointilleuse et exhibitionniste débutante.

            "Elle" ou "Eglantine" selon les versions.

            Poster un Commentaire

            9 Commentaires sur "Test de la Rock Box : vibromasseur le plus puissant du monde ?"

            Me notifier des
            avatar
            Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
            Tinu
            Pour lui, je te conseille de tester le “Cobra libre”. J’en possède un, je pense que c’est du même style que la rockbox à fond. Par contre la grosse différence, c’est que contrairement à la rock box, on peut ne toucher à rien, comprendre il est tout à fait possible de se détendre, de poser la chose, de laisser faire, juste changer de vibration, et de laisser vagabonder son esprit pour rêver/imaginer ce qu’on veut. Je trouve même qu’au contraire ça laisse plus de place pour imaginer, puisqu’on peut se concentrer justement sur ça. La rockbox par contre je suppose… Read more »
            Lui
            Merci pour ton commentaire. C’est un peu le cas effectivement pour la Rock Box, tu peux regarder ailleurs, mais ça demande une certaine attention.. (voir une attention certaine) pour “diriger la ponceuse” Par exemple, c’est délicat d’avoir les deux mains libres pour jouer avec sa/son partenaire (ou regarder du p0rn..) en tout confort. Ceci étant dit, la Rock Box a l’avantage de ne pas servir qu’aux zigounettes (et de vibrer **vraiment** fort). Quoi qu’il en soit, merci pour ton avis sur le Cobra. Nous avons peut-être un test d’un Tenga a venir (je dis bien peut-être), mais je serais ravi… Read more »
            Tinu
            Pas de soucis, par contre le cobra c’est que pour “Lui”. :D Après on aime ou pas bien sûr, mais c’est différent, là aussi il est tout à fait possible, et très facilement d’atteindre la jouissance sans toucher à rien. Mais d’après les avis, c’est assez différent, pour certains c’est le cas (et c’est même vraiment cours!) pour d’autre non. Le cobra libre a par contre une multitude de vibrations différentes. Que ça soit de la simple impulsions de plus en plus fort (à fond c’est quand même vraiment fort, j’ose même pas imaginer la ponceuse en question si c’est… Read more »
            sabrinalafraise

            Je ne suis pas du tout anti-sextoy et c’est bien la première fois que je me fais une telle réflexion, mais en voyant ce vibro homme/femme, j’ai l’impression qu’on nous lance tellement à la course de la performance du plaisir qu’on médiatise les relations sexuelles par des objets. Est-ce qu’on touche quand même l’autre avec ça?

            Tinu

            @ elle, a le test du flip hole red, je suis partant! J’espère que ça se fera. :)

            Tinu

            Ah super, merci pour ces infos. :)

            wpDiscuz