Masturbateur Fleshlight Girls Katsuni

Test du masturbateur réaliste Fleshlight Katsuni

par Lui
le

Nous avons reçu le masturbateur Fleshlight Katsuni.

J’avais déjà eu l’occasion de tester un Fleshlight assez particulier : l’Alien, une foune de l’hyperespace de la série Freaks, censée représenter le sexe d’une dame extraterrestre – et même plus précisément très inspirée du film Avatar (que je n’ai d’ailleurs toujours pas vu). Bref : Une foune tri-clito bleue, façon alien humanoïde.

Le Fleshlight Katsuni, de la série Fleshlight Girls, a un modèle nettement plus concret. Il représente le vagin de la célèbre porn star Katsuni. C’est sans doute quelque chose de fantastique pour les fans de Katsuni. Mais concrètement, en ce qui me concerne, je ne peux pas reconnaître une actrice porno à la forme de sa foune.

Masturbateur Fleshlight Girls Katsuni

Ce qui m’intéressera donc, c’est plutôt le fait que ce sextoy veuille ressembler, tant au niveau du look que des sensations, au sexe d’une vraie demoiselle, à être “réaliste”, quoi. Reste à ce qu’il y parvienne !

Voici mon test du Fleshlight Katsuni.

Packaging

Comme l’Alien, les sextoys de la gamme Fleshlight Girls sont emballés dans une boîte en carton, jetable. Ce n’est pas bien grave, car leur épais extérieur rigide fait aussi office de rangement de manière très satisfaisante. Pratique.

objetsdeplaisir-test-fleshlight-katsuni-2objetsdeplaisir-test-fleshlight-katsuni-8

Un étui serait, bien sûr, bienvenu pour la discrétion, (l’engin étant tout de même assez célèbre) l’excuse “mais enfin, voyons, ce n’est qu’une lampe torche” a peu de chance de passer. Mais ce détail mis à part, le Fleshlight se suffit relativement bien à lui-même question stockage.

objetsdeplaisir-test-fleshlight-katsuni-6 objetsdeplaisir-test-fleshlight-katsuni-5

Le sextoy

Aspect

Le Fleshlight porte bien son nom. De l’extérieur, ça ressemble (vaguement) à une lampe torche (“flashlight” en anglais) et une fois le couvercle ôté, ça ressemble à de la chair (“flesh”) – ou, plus précisément, à une vulve monochrome de couleur beige-chair.

 

objetsdeplaisir-test-fleshlight-katsuni-11objetsdeplaisir-test-fleshlight-katsuni-14

Le déballage du Fleshlight Katsuni

 

Des photos de comparaison entre les Fleshlight et les minous des stars qui ont servi de modèles (dont Katsuni) peuvent être contemplées sur le blog officiel de la marque. Bon, bien sûr, ce n’est pas identique, mais on voit que ça se veut ressemblant.

Fleshlight Katsuni et Fleshlight Alien
Fleshlight Katsuni et Alien

Les dimensions sont les mêmes que celles du Fleshlight Alien, c’est-à-dire, un peu encombrantes.

C’est un peu plus volumineux qu’un Tenga Flip Hole, par exemple. Mais il faut dire qu’hormis le Cobra Libre de Fun Factory et les Tenga Eggs, peu de sextoys pour hommes sont prévus pour pouvoir être transportés tranquillou.

 Fleshlight Girls Katsuni et Fleshlight Alien
Fleshlight Girls Katsuni et Alien

Texture et matériaux

Le boîtier est en plastique, dur, et plutôt solide.

Exactement comme l’Alien, l’intérieur, lui est en “Superskin”, un matériau flexible breveté par Fleshlight. Composition inconnue, pas de phtalates d’après Fleshlight, mais il s’agit toutefois d’une matière poreuse.

 

objetsdeplaisir-test-fleshlight-katsuni-15 objetsdeplaisir-test-fleshlight-katsuni-16

Le boîtier du Fleshlight Girls Katsuni, avec son couvercle

 

Si vous aviez lu le test du Fleshlight Alien, vous vous souvenez peut-être du problème déconcertant d’odeur de plastique chimique assez prononcée. Et bien ici, même matière… même problème ! Mais tout de même pas autant que chez le Fleshlight Alien (qui sentait effectivement un peu l’alien…). A moins que ce ne soit plutôt moi qui m’y sois habitué ?

En tout cas, si j’ai préféré le laisser tremper afin de lui faire perdre sa mauvaise odeur initiale,  le problème s’est quand même manifesté de manière beaucoup moins violente. Bref, une chose est sûre, le “Superskin”, c’est pas du silicone…

 

objetsdeplaisir-test-fleshlight-katsuni-19objetsdeplaisir-test-fleshlight-katsuni-28

Sous le couvercle, c’est moelleux

 

Bien sûr, il est aussi un brin galère à entretenir, mais je vous ai déjà détaillé tout cela dans mon test du Fleshlight Alien. En résumé, pour le laver :

  • Retirer l’insert (la partie molle en forme de foune) de son boîtier lampe torche.
  • Bien rincer dans de l’eau chaude. Jamais de savon.
  • Laisser sécher à l’air libre. De préférence sur la table du salon histoire de faire bonne impression auprès des invités.

 

objetsdeplaisir-test-fleshlight-katsuni-26 objetsdeplaisir-test-fleshlight-katsuni-27

L’insert est mou et extensible, en profondeur comme en surface

 

Utilisation

Ce n’est qu’après l’avoir mis à tremper quelques heures dans un lavabo pour le débarrasser de sa douce odeur pétrolière que je me suis décidé à utiliser l’engin.

Comme pour le Fleshlight Alien, c’est galère avant la première utilisation, mais ensuite, si on s’en sert régulièrement (et qu’on le lave à chaque fois, bien sûr), on n’a plus à repasser par la case “agression nasale”. Par contre, si on le laisse un peu trop longtemps sans l’utiliser, rebelote… J’imagine que des saletés doivent remonter vers la surface du matériau avec le temps.

objetsdeplaisir-test-fleshlight-katsuni-22objetsdeplaisir-test-fleshlight-katsuni-25

Fleshlight Katsuni et Fleshjack Jason Visconti qui discutent : “Oh, toi aussi tu as une signature de star ?”

 

Côté texture, c’est méga-moelleux, un chouia élastique, et doux.

Au toucher, l’extérieur fait effectivement penser à de l’extérieur de foufoune sans poils.

Comme pour le premier Fleshlight que j’ai testé, si on veut rester 100% objectif dans la description des sensations, non, ça n’est clairement pas une reproduction parfaite des sensations tactiles d’une “vraie” pénétration. Mais concrètement, comment pourrait-il en être autrement ?

 

objetsdeplaisir-test-fleshlight-katsuni-23 objetsdeplaisir-test-fleshlight-katsuni-24

Les sextoys Katsuni et Jason qui font des trucs ensemble

 

Par contre, si je prends les choses sous un angle un peu moins tordu et que j’apprécie l’objet pour ce qu’il est (donc un sextoy “style” vagin, et non pas un ersatz de vrai vagin), alors, tout comme je l’avais été pour l’Alien, je suis plus que satisfait par les sensations procurées. Celles-ci rappellent effectivement beaucoup une pénétration vaginale, de manière à mon goût fort réussie.

A noter que le lubrifiant n’est pas facultatif. Un échantillon est fourni, ça peut dépanner pour la première utilisation si l’on n’a pas pensé à en avoir sous la main.

 

La texture interne du Fleshlight Katsuni, nommée “lotus”, est différente de celle du modèle Alien. Mais la sensation est tout de même assez semblable. A l’inverse des Tenga Flip Hole, il semblerait que Fleshlight mise plutôt sur le très serré (mais très souple/élastique) : d’abord, un couloir assez étroit, et ensuite, des motifs.

La texture Lotus, vue en coupe
La texture “Lotus”, vue en coupe (source: Fleshlight.com)

Lorsqu’on voit un schéma, on constate que ça ne ressemble absolument pas à l’intérieur d’un vagin, mais au toucher (que ça soit avec le pénis ou avec le doigt pour se faire une idée plus précise), ça y fait étonnamment penser.

Conclusion sur le Fleshlight Katsuni

Les bons points :

  • Les sensations sont au rendez-vous.
  • Le “réalisme” tactile et visuel (toutes proportions gardées, c’est quand même un genre de lampe de poche..)

Les mauvais points :

  • L’odeur est plutôt désagréable.
  • L’entretien est un chouia pénible.

objetsdeplaisir - test du Fleshlight Katsuni

 

Les Fleshlight sont vraiment très chouettes au niveau des sensations. Leur texture toute moelleuse est très agréable. Et aussi bien au niveau de l’aspect que du toucher, si l’on cherche un sextoy qui fait penser à un sexe féminin, eh bien, c’est réussi.

Des bémols toutefois quant au choix du matériau utilisé par Fleshlight : le “Superskin” ne sent pas bon et est pénible à entretenir.

En bref : c’est super au niveau des sensations, très “réaliste”, mais relou au pour ce qui est de l’odeur au déballage et du nettoyage.

 

Note finale du test

Masturbateur Fleshlight Girls Katsuni
7 .8 / 10

Look et originalité

8/10

Texture et matériaux

7/10

Efficacité

9/10

Ergonomie et aspect pratique

7/10

Rapport qualité/prix

8/10

Les plus

  • Sensations très agréables
  • Réalisme visuel
  • Réalisme tactile

Les moins

  • Odeur désagréable
  • Entretien pénible