Ecrit le par dans la catégorie Sextoys - Mis à jour le

objetsdeplaisir-test-g-vibe-9La boutique Pinkpouss nous a proposé de tester le G-Vibe, de la marque Funtoys. Un étrange sextoy vibrant, dont l’extrémité, flexible, se sépare en deux moitiés, orientées dans des directions opposées.

Le G-Vibe est présenté comme un engin ultra-polyvalent, destiné à stimuler à peu près toutes les zones érogènes humaines, des pénis aux vagins en passant par le seins, les testicules et les anus.

Un argument de vente un peu moisi : on sait très bien qu’un seul et même objet ne va pas remplacer tous les sextoys possibles et imaginable, et ce n’est pas grave, on lui demande juste d’être efficace pour l’usage auquel on le destine.

Mais au milieu de toutes les propositions loufoques de son mode d’emploi, à quel usage destiner réellement le G-Vibe ? C’est ce que nous allons voir dans ce test.

 

pinkpouss-1

Packaging

objetsdeplaisir-test-g-vibe-4

La boîte est jolie, ornée d’une fleur (une orchidée ?) stylisée.

Un étui est fourni, en tissu blanc un brin extensible.

objetsdeplaisir-test-g-vibe-3 objetsdeplaisir-test-g-vibe-1

Le sextoy

Aspect

En ouvrant la boîte, je me suis demandé comment j’allais bien pouvoir utiliser cet étrange engin bifide.

objetsdeplaisir-test-g-vibe-7 objetsdeplaisir-test-g-vibe-6

 

La poignée me fait penser à celle du Fun Factory Tiger G4 : un ovale dans lequel on peut passer le doigt, recouvert d’une surface métallique. Il y a aussi une petite ressemblance avec celle des LELO Isla et Soraya.

Quelques minuscules défauts de surface sont à noter du côté de la poignée, mais rien de grave, ceux-ci sont d’ailleurs trop petits pour être visibles sur la photo.

 

objetsdeplaisir-test-g-vibe-16

La poignée du G-Vibe

 

Texture et matériaux

Le G-Vibe est en silicone médical à 100%, nous dit l’emballage. En tout cas, aucune odeur suspecte : a priori, tout va bien.

La poignée et le début du sextoy sont rigides (il y a du dur dedans), mais ça se ramollit un peu avant de se séparer en deux branches, qui sont molles et très flexibles (heureusement !).

 

Chargement

Le G-Vibe se recharge sur un port USB, avec un câble, fourni.

Le fait qu’on puisse le charger sur un port USB est pratique, et on peut facilement l’adapter sur une prise en squattant le transfo d’un chargeur de smartphone. On regrettera tout de même que l’embout du câble en question (côté qui s’emboîte sur le sextoy) ait un format propriétaire, non-standard : si on casse ou si on perd ce câble, plus de G-Vibe.

Le chargement tient assez longtemps (je n’ai pas cherché à chronométrer mais je n’ai pas eu de souci de batterie, et après l’avoir laissé un bon moment à l’abandon, il était toujours chargé).

objetsdeplaisir-test-g-vibe-8 objetsdeplaisir-test-g-vibe-12

 

Commandes et modes

Le G-Vibe dispose d’une flopée de variantes dans ses vibrations, avec trois boutons, qui permettent de choisir le mode et l’intensité. La touche “+” sert à allumer et augmenter la puissance, un logo en zigzag change le mode de vibrations, et le “-” “+” baisse la puissance et éteint l’appareil.  Le tout s’éclaire dès que l’on appuie sur l’un des boutons.

En tout, le vibro a 6 modes, tous réglables en puissance, dont un constitué de vibrations constantes.

modes-g-vibe

 

Utilisation

C’est bien beau tout ça, mais il va falloir trouver comment utiliser l’engin.

Jetons un coup d’oeil au mode d’emploi :

g-vibe-notice

La notice indique un large panel de combinaisons possibles… mais concrètement, certaines de ces suggestions relèvent du what the fuck le plus total.

Celle impliquant des seins et des vibrations sur les mamelons (deuxième colonne de la deuxième ligne), en plus de n’avoir aucun intérêt pour le commun des mortels (vous en connaissez beaucoup, vous, des gens qui aiment se faire vibrer les tétons ?) est techniquement impossible à moins de s’écrabouiller le vibro sur la poitrine afin d’écarter suffisamment ses branches (et encore, mes seins tentent de s’enfuir sur les côtés pour échapper au monstre). Et la “technique” illustrée en première colonne de la deuxième ligne ne fait que chatouiller désagréablement.

 

objetsdeplaisir-test-g-vibe-22

G-Vibe et Tantus Comet

 

En pratique, trois utilisations sont possibles :

 

Sur le clitoris

En appuyant l’une des “branches” du sextoy sur le clito. Dans ce cas, l’autre branche ne sert à rien, ce qui est un peu dommage car la moitié des vibrations se perdent. Celles-ci sont puissantes, car il y a deux moteurs, un sur chaque “branches”, donc ça reste tout à fait utilisable.

objetsdeplaisir-test-g-vibe-15 objetsdeplaisir-test-g-vibe-14

 

Pénétration vaginale

En insérant les deux “branches” du G-Vibe dans le vagin (orienté de profil, une branche qui pointe vers le nombril, une autre vers le dos (comme sur la première case de la première ligne). Cette configuration est censée stimuler à la fois le “point G” et le “PS-spot” (de son nom plus scientifique “perineal sponge”, dont je ne parviens pas à trouver une traduction adéquate en français… euh… “corps spongieux périnéal”, peut-être), qui se trouverait pile à l’opposé du “point G”.

 

objetsdeplaisir-test-g-vibe-20

G-Vibe, Tantus Comet et Intimate Love Toy

 

Bilan : les sensations sensations sont agréables, mais les gestes trop amples sont impossibles, car si l’une des branches sort, il faut faire une pause pour la remettre. Bref, il faut constamment prêter attention aux mouvements du sextoy, ça manque un peu de spontanéité pour se mettre correctement dans l’ambiance.

 

objetsdeplaisir-test-g-vibe-18 objetsdeplaisir-test-g-vibe-17

Les deux profils du G-Vibe (à gauche, côté commandes, à droite, côté dos, )

 

A la manière d’un rabbit

C’est là le meilleur compromis (à mon goût) pour me servir de ce vibro. En insérant une branche et en plaçant l’autre contre mon clito, avec des mouvements rapides, je parviens à l’orgasme très rapidement. Les vibrations sont puissantes et se ressentent bien des deux côtés.

Les “branches” sont souples et pas trop larges : on en insère donc aisément une, ce qui n’est pas de cas avec les rabbits, dont l’axe insérable est généralement large, et dont la partie destinée au clito n’atteint celui-ci qu’une fois qu’on a inséré ledit axe large.

 

objetsdeplaisir-test-g-vibe-21

Les deux branches du G-Vibe

 

Donc, en gros, il fait à merveille office de variante du rabbit, en palliant à certains défauts de celui-ci : c’est une sorte de rabbit dont les “lapins” clitoridien et vaginal seraient de même taille et très flexibles.

Conclusion

Les bons points :

  • objetsdeplaisir-test-g-vibe-19Ses vibrations sont puissantes. C’est la principale qualité qu’on attend d’un vibro : rien à redire de ce côté-là.
  • Globalement, la présentation est soignée (packaging chouette, étui fourni), le sextoy a de l’allure, il est en silicone, il est rechargeable et doté d’une batterie qui tient la route… Bref, on a affaire à un produit très correct, qui a su prendre en compte tous les critères de qualité élémentaires.
  • Il est original : une sorte de rabbit mutant, qui peut plaire à celles qui n’aiment pas l’aspect “tu t’enfonces d’abord un gros truc avant d’avoir des vibrations sur le clito”. Le résultat de cette innovation n’est pas incongru : une fois l’usage adéquat découvert, il permet de jouir facilement.

 

Les mauvais points :

  • Il est original, certes, mais du coup, a priori, lorsqu’il nous tombe entre les mains, on ne sait pas vraiment ce qu’on va bien pouvoir faire de ce truc. Et son mode d’emploi débile brouille les pistes… Une fois testé, ok, c’est un rabbit mutant assez cool, mais sans indication, c’est plutôt dissuasif… J’ai eu du mal à trouver la motiv’ de le tester.

 

Le truc qui cloche chez le G-Vibe, c’est son mode d’emploi, qui laisse un sale avant-goût de télé-achat, façon “viens par là que je t’embobine à tente de te refourguer le-produit-miracle-qui-fait-tout (et surtout des trucs pas crédibles pour un brin)”. Dans la lancée, je n’aurais pas été étonnée des mentions du genre “il assouplit vos sous-vêtements” ou “il fait disparaître la cellulite de vos lobes d’oreilles”. Ça ne donne pas envie : en voyant cela, on se dit qu’on s’est loupé et qu’on a un objet inutile entre les mains.

Pourtant le sextoy en lui-même est chouette. La qualité semble être au rendez-vous (des moteurs puissants qui produisent des vibrations dignes de ce nom, des finitions et une présentation assez soignées, une batterie qui tient la route). Il ne sert pas à tout comme sa notice voudrait le faire croire, mais il est utile, et en l’utilisant en tant que “rabbit mutant”, il fait jouir assez facilement.

 

G-Vibe (Funtoys)

G-Vibe (Funtoys)
8

Look et originalité

8/10

    Texture et matériaux

    9/10

      Efficacité

      8/10

        Ergonomie et aspect pratique

        7/10

          Rapport qualité/prix

          8/10

            Les plus

            • Vibrations puissantes
            • Bonne qualité
            • Originalité

            Les moins

            • Mode d'emploi absurde

             

            Merci à la boutique PinkPouss pour nous avoir permis de tester le G-Vibe !

             

            Elle

            Testeuse de sextoys at Objets De Plaisir
            Collectionneuse compulsive de sextoys, testeuse pointilleuse et exhibitionniste débutante.

            "Elle" ou "Eglantine" selon les versions.

            Poster un Commentaire

            5 Commentaires sur "Test du G-Vibe"

            Me notifier des
            avatar
            Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
            Herbert

            Monsieur n’a pas testé?

            Tinu

            Bonjour, j’allais posé la même question. :D

            Surtout que ça semble fortement plus improbable en usage de “monsieur”. :D

            Donc d’autant plus drôle d’avoir un résultat. :D

            Lui
            Bonjour Herbert et Tinu, Non, j’avoue être un mauvais bloggeur et ne pas l’avoir testé. Mais honnêtement, on n’a vraiment pas (du tout) le sentiment d’avoir un sextoy mixte entre les mains. C’est simplement un vibro en silicone flexible. A mon humble avis, pour un homme, pas d’avantage d’intérêt à tester celui-ci plus que n’importe quel vibro vendu comme vibro féminin. La forme n’est pas spécialement adaptée à une zigounette, et c’est pourtant (en dehors du mode d’emploi) la seule chose qui aurait pu lui faire mériter l’adjectif “mixte”. Non, définitivement, je rejoins “Elle” sur ce point, ce n’est pas… Read more »
            Lora

            Ah celui ci me conviendrait peut être.

            wpDiscuz