Cage de chasteté

A quoi servent les accessoires de chasteté ?

le

Durant la Renaissance, si l’on en croit les légendes, l’usage des accessoires de chasteté était évident. En effet, il s’agissait d’éviter que l’être aimé(e), ou l’esclave sexuel(le), ou encore la jeune fille bonne à marier ou à envoyer au couvent, ne sombre dans la débauche. Une méthode un brin barbare, certes, mais qui vous épargnait une progéniture, ou la variole, ou un quelconque truc à base de péchés ou de bubons.

En vérité, les ceintures de chasteté telles qu’on les décrit dans les récits moyenâgeux n’ont jamais existé. Les spécimens exposés dans les musées n’ont été conçus qu’en tant que curiosité grivoise à exposer.

Cage de chasteté

 

Toutefois, de nos jours, des personnes se font enfermer la zézette dans une cage ou une ceinture de chasteté, de leur plein gré, et dans un contexte bien plus ludique.

Mais certains se poseront tout de même la question : pourquoi, ô pourquoi utiliser un accessoire sexuel, qui, non content de ne pas faire jouir, empêche de jouir ?

L’attirail en question

Les accessoires de chasteté pour Madame

L’engin, nommé “ceinture de chasteté”, se présente généralement sous la forme d’une ceinture (en réalité, plutôt un hybride entre la ceinture et le slip), en cuir ou métallique, avec une partie supplémentaire au niveau de l’entrejambe, qui bloque l’accès au pubis, empêchant toute forme de caresses ou de pénétrations vaginales. L’accès à l’anus peut être laissé, ou pas, selon les modèles.

Les accessoires de chasteté pour Monsieur

La ceinture de chasteté existe aussi en version pour homme. La forme de la partie destinée à bloquer l’accès au sexe diffère légèrement afin d’y ranger tout ce qui dépasse, mais le principe est identique.

Il existe également des cages de chasteté, moins encombrantes (donc moins impressionnantes) et moins chères. Ces “cages à pénis”, en cuir, métal ou plastique, se fixent autour du pénis afin d’empêcher ou de restreindre l’érection.

cage de chasteté pour homme

Les divers usages des dispositifs de chasteté

Pour résumer grossièrement, deux usages distincts des dispositifs de chasteté sont possibles :

Une utilisation brève, pour jouer

Dans le cadre d’un jeu sexuel, basé sur la frustration momentanée, qui permet de faire monter le désir. On ôte généralement le dispositif de bondage avant la fin du jeu, afin que le partenaire qui a subi la contrainte de l’engin puisse jouir.

Une utilisation permanente ou sur une longue durée

Je ne pensais pas que cette pratique comportait des adeptes de nos jours. Ou du moins, pas dans le monde réel. Se laver le popotin ou aller aux toilettes muni(e) d’une ceinture de chasteté, ça ne doit pas être une partie de plaisir. Et je n’ose même pas imaginer l’inconfort, l’envie de se gratter sous la ceinture et l’agacement constant que cela doit être. Sans parler des irritations dues aux frottements, et des risques d’infections urinaires liés aux difficultés pour nettoyer un dispositif qui, vu qu’il est porté en permanence, est régulièrement traversé par de l’urine. En effet, est possible pour la porteuse d’uriner sans ôter le dispositif (bien que ce soit un brin cracra). Voire même, selon la forme de la ceinture, de déféquer, à condition de se laver juste après (mais je préfère ne pas imaginer la scène).

Mais Doctissimo m’a démontré le contraire (voir là aussi). Ils semblerait que, malgré tous les inconvénients précédemment mentionnés (qui eux sont semble-t-il réels, à en croire cette FAQ destinée aux porteurs permanents de dispositifs de chasteté et ce témoignage d’un porteur de cage de chasteté), auxquels s’ajoute une angoisse liée à la privation (comme quoi, la masturbation est un besoin élémentaire dont il est difficile de se priver), quelques fétichistes engagés dans des relations de soumission-domination très poussées (mais aussi quelques croyants souhaitant lutter contre le péché de masturbation !!!) portent des dispositifs de chasteté au quotidien.

L’usage qui nous intéressera

Vous l’aurez compris, hors de question pour nous de se faire coincer le zigouigoui dans un dispositif prévu à cet effet sur une longue durée, non mais oh !

Par contre, nous retiendrons les possibilités ludiques qu’offre la cage de chasteté dans le cadre d’un jeu BDSM soft.

Les cages de chasteté “pour newbies”, uniquement destinées à un port sur de courtes durées, ne coûtent pas grand-chose. On peut aisément s’en procurer dans un sexshop en ligne, pourvu que celui-ci possède une bonne collection d’accessoire fetish / BDSM. Nous avons acheté la nôtre, un modèle simple en cuir avec des anneaux métalliques, sur Dèmonia, (en photo en tête d’article) boutique qui ne manque pas de choix en la matière.

Mon avis sur la cage de chasteté (Elle)

Après un consciencieux test de l’objet (par pur intérêt scientifique, bien entendu), voici les résultats de l’expérience :

  • Contrôler l’érection de son partenaire et décider du moment où il aura le droit de se servir de son pénis, c’est rigolo.
  • On peut en profiter : pour réclamer des cunnis à volonté, ou encore pour le faire patienter sagement pendant que l’on effectue une vérification du bon fonctionnement de notre collection de vibros, etc…
  • C’est esthétique, et assorti aux menottes et autres accessoires en cuir.
  • (Informations obtenues grâce au témoignage de Lui) : Une fois la cage à kiki ôtée, le pénis est plus sensible. Bref, il (l’humain, pas le pénis) profite mieux des caresses qui s’ensuivent. Par contre, il semblerait que la sensation physique liée au port de l’objet soit assez étrange et inhabituelle. Pas de quoi en faire un drame non plus, mais bon, du genre un peu trop étrange pour se risquer à l’utiliser trop fréquemment. Bref, Lui vous renseignera probablement mieux que moi à ce sujet.

Conclusion du labo : la cage de chasteté est un dispositif amusant, dont il ne faut pas abuser, mais qui trouvera parfaitement sa place dans une panoplie bien complète d’accessoires BDSM assez soft (même si l’on n’a pas le donjon assorti).

Mon avis sur la cage de chasteté (Lui)

Bon, quand la “cage à kiki” est utilisée, c’est moi qui la porte, donc je viens quand même donner mon opinion !

Nous ne sommes pas de grands fétichistes BDSM, nous aimons simplement varier les fonds et les formes et prendre de temps en temps le rôle de l’esclave ou du maître selon les fois et les humeurs. C’est dans ce contexte-là que nous utilisons notre accessoire de chasteté, autrement dit, pas comme des “vrais” !

Pour autant, c’est un accessoire très amusant, et si j’aime jouir (heureusement !), j’aime aussi cette espèce de sensation de frustration particulière qui renforce la sensation d’être à la merci de sa maîtresse ! Votre jouissance est ainsi contrôlée par votre maîtresse, plus par vous, et vous êtes, le temps du jeu, réduit à une sorte de statut d’objet sexuel, dépourvu de plaisir propre.

Bref, c’est un achat que je recommanderais à tout couple qui s’essaye déjà un peu aux jeux fétichistes. Nul besoin d’être un sadomasochiste pervers pour essayer ça le temps d’une soirée !

 

Collectionneuse compulsive de sextoys, testeuse pointilleuse et exhibitionniste débutante.