P. A. C. K., concours canin pour human puppies

Gazette du sextoy #12: human puppies et tapisserie

par Elle
le

Voici la douzième édition de la gazette du sextoy, avec des pénis de chevaux, un concours canin pour human puppies et des campagnes de prévention des MST.

Un concours canin pour human puppies

Tous les ans, le P.A.C.K weekend (Pan American Canine Konvention) a lieu à Toronto. Durant cet événement se déroule le Best In Show, un concours canin assez particulier… En effet, celui-ci se destine aux human puppies.

Chaque human puppy qui y participe dispose de cinq minutes pour faire une démonstration du talent de son choix. Il n’y a aucune règle spécifique, si ce n’est l’obligation de rester dans la légalité.

P. A. C. K., concours canin pour human puppies

Étonnantes campagnes de prévention des MST

En France, une campagne ministérielle de prévention des MST, adressée aux ados et diffusée via le site OnSexprime, prend un ton ultra culpabilisant, suscitant la colère des internautes et des soignants.

Parmi les sept “bonnes raisons d’avoir un préservatif sur soi” énoncées : “ça t’évitera d’annoncer à l’infirmière/le médecin que tu as eu un rapport non protégé”. De nombreux internautes rappellent que le personnel médical n’est pas là pour juger. Et qu’évoquer l’oubli de capote comme un sujet honteux et tabou risque de faire renoncer au dépistage ou au traitement post-exposition par embarras.

Pendant ce temps, le gouvernement américain rappelle : “Arrêtez de laver et de réutiliser vos préservatifs !”. Et il ne s’agit ni d’un gag, ni du délire d’un politicien à côté de la plaque, mais d’une réelle alerte lancée par la CDC (Centers for Disease Control and Prevention), suite à des niveaux records du nombre de cas d’IST.

Une étude publiée en 2012 révèle que les Américains galèrent quelque peu avec le bon usage des capotes, avec pas mal d’erreurs quant au mode d’emploi. Celle-ci mentionne la réutilisation d’un préservatif au cours du même rapport, avec une occurrence de 1,9% chez les femmes et 3,3% chez les hommes. Cependant, l’étude ne mentionne pas les modalités exactes de cette réutilisation. Toutefois, j’imagine qu’il s’agit de remettre la capote après l’avoir ôtée. Chose dangereuse certes, mais rien à voir avec le shampouinage de préservatifs évoqué par la CDC. Par contre, la réutilisation tout court n’est mentionnée qu’anecdotiquement.

Des pénis de chevaux moyenâgeux

La tapisserie de Bayeux, oeuvre du XIème siècle qui relate la conquête de l’Angleterre par Guillaume le Conquérant, comporte non moins de 93 pénis. 88 d’entre eux appartiennent à des chevaux. Le très sérieux magazine britannique History se penche sur le sujet.

D’autres trucs

Collectionneuse compulsive de sextoys, testeuse pointilleuse et exhibitionniste débutante.

8 réflexions sur “Gazette du sextoy #12: human puppies et tapisserie”

  1. Au fil du texte: “Les catégories “rough sex” et “hardcore” sont plus populaires auprès des femmes que des hommes.” Ca me surprend. Ils expliquent pourquoi? ““Arrêtez de laver et de réutiliser vos préservatifs !”” Hé? C’était une blague de ma jeunesse ça… Plus sérieux, les préservatif “1940” qui faisait 3mm d’épaisseur, c’était possible. Les machins d’aujourd’hui qui sont mille fois moins épais…!!! “Un verre de bière de foune ?” Commentaire d’un buveur: toutes les bières sont faites avec grosso modo la même famille de levure, mais d’un coté on obtient des ale, de l’autre des stout, et parfois même de la “pisse”. Bref, y a pas que la levure qui donne le goût. Tiens, dans les news, un titre accrocheur (piège à clic) sur mademoiselle.com. Des ricaines qui se mettaient des nids de guêpe dans la foune. Evidemment je clique… En fait il s’agissait de noix de galle de chêne. En français: certaines guêpes pondent leurs œufs dans des feuilles, oeuf qui fabrique des hormones végétales à toute vitesse. Les hormones entraîne la formation d’une excroissance dure en forme de boule autour des œufs, fournissant protection et nourriture à la larve. Rien à voir avec des alvéoles contenant un bon millier de guêpes vrombissantes… :D
    1. Hello ! En matière de données, la différence entre Pornhub et un sondage ou une étude scientifique, c’est qu’il s’agit de données brutes (compte effectif des visites) et non d’une interpolation, basée sur un échantillon parfois maigre. Bref, c’est plus précis, plus “vrai”, par contre ils ne peuvent pas vraiment demander aux visiteurs comptabilisés “au fait, pourquoi vous avez regardé ce truc ?”. Par contre ils font parfois des corrélations avec les recherches précédentes sur la même session. Par exemple, dans une autre publication, ils ont pu en déduire “yoga porn” était souvent recherché par des gens en quête de cul en salle de gym de manière plus vague, qui ont ensuite affiné leur recherche.
      1. D’un autre coté j’imagine que pornhub avec ses données brutes a peut-être des données plus “honnêtes”: Même si le net va faciliter la chose, j’imagine le malaise de la mère de famille cochant “j’aime voir une femme se faire prendre par 3mecs simultanément dont l’un d’entre eux lui fait une gorge profonde en la traitant de salope”…
    2. Sinon, concernant la galle du chêne, pour en avoir déjà ouvert pour regarder dedans (quand t’es gamin, ça ressemble à des billes, et des billes fabriquées par la nature, c’est fun), ça a beau ne pas ressembler du tout à un nid de guêpe, y’a quand même une bestiole bien dégueu dedans. Cela dit, je doute que le phénomène consistant à s’en flanquer dans la foune soit vraiment “une tendance” (peut-être qu’un jour, un amateur de bile d’ours et de racine de mandragore a tenté d’en fourguer sur le net, mais bon…). Ça me fait penser au buzz des paillettes dans le vagin d’il y a quelques mois.
      1. Humph… L’effet produit serait du aux tanins du chêne qui ont un effet astringent… avec tous les inconvénients possibles. Et la tendance à dire “si c’est naturel c’est que c’est bon pour la santé” (et la digitale bio, t’a essayé frangine?). Ceci dit, quand j’ai cliqué sur l’article j’imaginais tomber sur des ricaines déjantées se fichant dans la foune des alvéoles de nid de guêpe… voir pire, avec les guêpes dedans parce que la piqûre “aurait” aidé à “resserrer” ou je ne sais quoi. Je suis rassuré qu’elles ne soient pas si folles que ça…
      2. Bien vu la mandragore. ;-) A l’origine sensée pousser là où le sperme d’un homme avait fécondé la terre… On les cherchait donc sous les fourches patibulaires, là où étaient mis les pendus, avec la théorie d’une éjaculation lors de la mort par pendaison…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *