Musée des pénis islandais

Musée des pénis islandais : visite virtuelle

le

Le Musée des pénis, ou Musée phallologique islandais, est un musée entièrement consacré à la phallologie, ou l’étude des phallus de mammifères. Il expose non moins de 286 pénis, provenant de 46 espèces différentes.

Musée des pénis islandais
L’entrée du musée des pénis islandais, à Reykjavik

Créé en 1997 par Sigurdur Hjartarson, un historien collectionneur de pénis, le musée se situait à l’origine dans la petite ville de Húsavík.  Il est désormais dirigés par son fils, Hjortur Sigurdsson, et s’est installé en 2012 dans la capitale islandaise, Reykjavik, dans une des principales rues commerçantes. 

Le musée des pénis n’est pas très grand, mais on dit toujours que la taille ne compte pas. Sa visite dure une trentaine de minutes en moyenne, et les explications qui accompagnent les objets et les spécimens exposés sont traduites en plusieurs langues, dont le français. Son entrée coûte une dizaine d’euros.

Les lieux sont tout public : il y est simplement question de biologie, et non d’érotisme. Par conséquent, de nombreux groupes scolaires le visitent. Mais si les musées d’histoire naturelle ont tendance à vous ennuyer, ne vous inquiétez pas : l’ambiance du musée phallologique, entre amusement et curiosité, est loin d’être monotone.

Musée des pénis islandais
Les anciens locaux du Musée des pénis, à Húsavík

Le Musée des pénis islandais en images

Grâce aux nombreuses photographies prises par ses visiteurs, nous pouvons embarquer ensemble pour une visite virtuelle du Musée des pénis islandais.

Les pénis d’animaux

Ce musée possède des pénis de mammifères de toutes sortes, empaillés, séchés ou conservés dans du formol, provenant des quatre coins du monde.

Les sexes de baleines et d’orques constituent les pièces les plus imposantes de sa collection. Saviez-vous que la baleine bleue est l’animal qui possède le plus long pénis, avec un sexe pouvant mesurer jusqu’à trois mètres de long ? Du côté des mammifères terrestres, c’est l’éléphant d’Afrique qui détient le record, avec une zigounette qui peut atteindre les deux mètres.

Le Musée phallologique expose aussi de nombreux os péniens, ou baculum. Cet os est présent dans le phallus de nombreux mammifères, dont le chien, le raton laveur, le morse ou le phoque.

Depuis 2011, le Musée des pénis islandais possède même un spécimen humain. Conservé dans du formol, celui-ci a été donné post-mortem par son propriétaire, un islandais nommé Pall Arason, décédé à l’âge de 95 ans. Provocateur et plaisantin, celui-ci aimait être sous les feux des projecteurs, et offrir son sexe au musée phallologique lui a permis d’atteindre la postérité tout en montrant son zizi aux touristes. Avant sa mort, Pall s’est toutefois déclaré quelque peu embarrassé par le fait que son organe ait quelque peu rétréci au cours des dernières années de sa vie.

Les visiteurs seront probablement surpris par la présence de quelques spécimens surnaturels : notamment, les pénis d’un homme-sirène, couvert de mousse, d’un troll, en pierre, d’un fantôme, blanc et vaporeux, et d’un elfe, invisible. Il s’agit bien évidemment d’une note d’humour de la part du conservateur du musée.

Les curiosités phalliques

Le Musée des pénis expose aussi de nombreuses curiosités phalliques, des œuvres d’art aux instruments de cuisine. Il comporte également une boutique de souvenirs, où l’on peut se procurer divers objets en forme de zizis.

Tous ces pénis, c’est bien beau, mais qu’en est-il des founes ? Du point de vue biologique, les vagins de nombreux mammifères sont encore méconnus. Et ce, pour une bonne et simple raison : peu de monde s’y est réellement intéressé jusqu’à présent. En effet, l’organe féminin, moins apparent, a suscité moins de curiosité de la part des scientifiques, pendant longtemps majoritairement des hommes.

En 2020, un Musée du vagin a ouvert ses portes à Londres, notamment dans le but de pallier à cette inégalité d’attention. Il comporte, entre autres, un œuvre nommée “The Great Wall of Vagina”, un mur rassemblant 400 moulages de vulves en plâtre.

Voir aussi : le site officiel du Musée des pénis islandais.

Source des photos : galeries Flickr de Jennifer Boyer, ulalume, Zaldun Urdina, El Coleccionista de Instantes Fotografía & Video, albedo20, Creative Commons.

 

Tags:
Collectionneuse compulsive de sextoys, testeuse pointilleuse et exhibitionniste débutante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *