Ecrit par & déposé en vertu de Sextoys.

objetsdeplaisir-test-womanizer-12J’ai découvert le Womanizer en lisant son test sur Sexactu : une sorte de vibro, au look improbable et ultra-kitsch, obtenant, malgré son design douteux, l’approbation de Maia Mazaurette… S’agirait-il d’un concurrent de taille pour le Fairy ?

Intriguée, j’ai eu envie de tester ce sextoy. C’est ce que nous a permis la boutique Neoplaisir.

Voici notre test du Womanizer W100.

 

Le Womanizer chez Neoplaisir

Packaging

objetsdeplaisir-test-womanizer-5

 

D’abord, une boîte en carton. Ouvrons-la.

 

objetsdeplaisir-test-womanizer-6 objetsdeplaisir-test-womanizer-7

 

Le Womanizer est déjà rangé dans son étui, une boîte assez jolie, solide et pratique, avec des emplacements pour caser le sextoy, son chargeur et ses accessoires.

 

objetsdeplaisir-test-womanizer-9 objetsdeplaisir-test-womanizer-10

 

Le sextoy

Aspect

Le terme “Womanizer”, popularisé chez les non-anglophones par la chanson de Britney Spears du même nom, signifie “coureur de jupons”.

En cherchant bien, je suis sûre que l’on pourrait trouver un synonyme moins vieillot, mais le look du Womanizer est une telle accumulation d’éléments kitsch qu’il  mérite une touche de ringardise dans son appellation. Pour résumer la situation : il semble accoutré pour une soirée disco.

 

objetsdeplaisir-test-womanizer-20

Un léopard à paillettes… euh… un Womanizer !

 

 

Niveau déco, dans les versions “classiques” de l’engin, on a le choix entre croco rose ou bleu, mi-fuchsia mi-léopard, ou mi-noir mi-léopard. Et l’un de ses boutons de commandes est un gros strass tout rond. Ça pique les yeux…

Que dire de plus ? Ah, j’oubliais : un petit air de thermomètre auriculaire.

 

objetsdeplaisir-test-womanizer-22objetsdeplaisir-test-womanizer-23

 

Sur le flanc de l’engin, une inscription, en petit, nous rappelle que son design est breveté. Au cas où quelqu’un voudrait copier ce look si… original, j’imagine…

L’édition spéciale Saint-Valentin est un peu moins moche, rouge avec des roses.

 

test-sextoy-womanizer-saint-valentin-5

L’édition Saint-Valentin du Womanizer. Lire l’avis détaillé de MagicToy sur cette version

 

Texture et matériaux

Le corps du  sextoy est en plastique rigide, tandis que sa tête (la partie en contact avec le clitoris), amovible, est en silicone médical souple.

 

objetsdeplaisir-test-womanizer-17

Le sextoy et son embout

 

Alimentation

Le Womanizer est rechargeable. Aucun souci à signaler du côté de la durée de la batterie, qui a tenu sans problème un bon nombre d’utilisations.

 

Le Womanizer et son chargeur

Le Womanizer et son chargeur


 

Un bémol toutefois : il n’est pas waterproof.

L’embout en contact avec le clitoris est amovible, et peut donc être lavé séparément… mais cela n’enlève pas les traces de lubrifiant sur le reste du sextoy (quand on a du lubrifiant sur les doigts, on en met partout, à commencer par le bouton d’allumage…). Mais bon, on parvient tout de même à le le nettoyer sans trop galérer.

 

Utilisation

Le concept

Le fonctionnement du Womanizer diffère de celui d’un vibro clitoridien “classique”, sur divers points.

En général, un vibromasseur se pose contre le clitoris, à plat ou suivant une surface convexe, et… il vibre (merci, Cap’tain Obvious !).

 

Le Womanizer, quant à lui, possède un embout concave : le clitoris pénètre le “trou” de cet embout. Au lieu de stimuler le clito de manière “unidirectionnelle”, le sextoy l’enveloppe.

 

Plus précisément, la description “officielle” de l’engin parle de “stimulation sans contact direct”. Je ne sais pas si cela est exact : pendant l’utilisation, le clito est planqué sous l’embout, on ne voit donc pas vraiment ce qui se passe… Les sensations sont là, mais il est difficile de déterminer avec précision de quoi elles résultent.

 

objetsdeplaisir-test-womanizer-19 objetsdeplaisir-test-womanizer-18

 

Seconde différence : le Womanizer est aspirant. Légèrement, hein, pas de panique pour les clitos : ce n’est pas un méga-attrap’ poussières prêt à vous dépressuriser la foune. Mais on sent un petit courant d’air, et si l’on place un cheveu devant la tête de l’engin, le cheveu bouge tout seul.

 

Troisième chose  : apparemment, ce ne sont pas des vibrations, mais des pulsations. Je dis “apparemment”, parce que je ne suis pas sûre de remarquer la nuance. En tout cas, ce ne sont ni des pulsations façon Stronic de Fun Factory, ni façon “mode de pulsations” d’un vibro classique.

 

L’effet

Pour utiliser le Womanizer, il suffit de le maintenir immobile, son embout sur le clito. Aucun effort, pas de crampe au poignet ni de doigts engourdis, les vibrations ne se ressentent pas dans le manche du sextoy.

 

objetsdeplaisir-test-womanizer-21

Le Womanizer, de dos

 

Comme promis, les sensations sont très différentes de celles procurées par un vibro classique, qu’il soit “ordinaire” ou ultra-puissant.

Sur moi, ça ne “marche” pas à tous les coups : ça dépend de ma position. Quelle que soit ma posture, la stimulation fait effet… Mais si lorsque je suis debout, j’obtiens systématiquement un orgasme en un rien de temps, en position allongée, je ne parviens pas toujours à jouir grâce au Womanizer.

La cause ? L’engin cible très précisément le clitoris en l’enveloppant, mais pour déclencher l’orgasme, j’ai parfois besoin que la zone pile poil au-dessus de mon clito soit également stimulée….Dans certaines postures, cette zone n’est pas stimulée, ni directement ni indirectement, par le Womanizer, et je reste souvent au bord de l’orgasme sans l’atteindre, ce qui est assez frustrant. Alors qu’un vibro ultra-puissant “ordinaire” s’occupe également des alentours du clitoris.

 

objetsdeplaisir-test-womanizer-16 objetsdeplaisir-test-womanizer-15

 

Mais lorsque ça “marche” (notamment debout, ça “marche” à tous les coups), les sensations valent sacrément le détour. Rien de comparable avec un autre sextoy connu.

Les sensations sont intenses. Elles s’approchent assez de ce moment d’un cunni où l’on sent que l’on va bientôt jouir. Ce n’est pas identique à un cunnilingus, mais ça s’en approche davantage que le Ora de LELO (le fameux “simulateur de cunnis”).

L’excitation monte progressivement mais très rapidement, puis reste proche de son paroxysme, et ce jusqu’à l’orgasme.

On peut se servir du le Womanizer pour plusieurs orgasmes d’affilée et recommencer quasi-à volonté, sans ressentir d’irritation ni d’engourdissement au niveau du clito… Ce qui est un bon point par rapport aux vibros ultra-puissants classiques, qui ont tendance à “anesthésier” temporairement la foune au bout de quelques utilisations successives.

 

 

objetsdeplaisir-test-womanizer-26 objetsdeplaisir-test-womanizer-25

Le Womanizer, le Splash et la Comet de Tantus, et le Fun Factory Tiger

 

Niveau sonore

Le Womanizer est plus silencieux que le Fairy et les autres vibros ultra-puissant du même acabit… Du moment qu’on le laisse en place sur le clito, le niveau sonore reste tout à fait raisonnable.

Par contre si on a le malheur de le “décoller” un peu, l’aspiration fait un immonde bruit de prout. Pas de quoi alerter les voisins, le son n’est pas si fort que ça, mais c’est moyen-bof niveau ambiance sexy…

Conclusion

objetsdeplaisir-test-womanizer-11Le Womanizer procure des sensations très différentes de ce que propose n’importe quel autre sextoy.

Il est incontestablement très efficace (à part dans certaines positions pour moi) et l’effet en question est à la fois surprenant et terriblement agréable.

 

Bref, il vaut définitivement le détour, et je vous le recommande vivement (même si on se demande ce qu’il a bien pu se passer dans la tête du designer qui l’a conçu… Serait-ce une sorte de gobelin pour qui “truc qui brille” est synonyme de beauté ?).

En ce qui me concerne, je crois que je préfère toujours un vibro ultra-puissant “classique” de bonne qualité, du genre Fairy Turbo (les fans du Womanizer vont peut-être râler, mais mes vibros préférés ne se laissent pas déloger comme ça…). Mais je suis contente d’avoir découvert le Womanizer, car celui-ci me permet d’obtenir de nouvelles sensations, qu’aucun autre sextoy ne procure.

 

Womanizer W100

Womanizer W100
8.6

Look et originalité

5/10

    Texture et matériau

    10/10

      Efficacité

      10/10

        Ergonomie et aspect pratique

        10/10

          Rapport qualité/prix

          8/10

            Les plus

            • Il procure de sensations intenses et inédites
            • Pas d'engourdissement du clito...
            • Ni du poignet.
            • Moins bruyant qu'un vibro ultra-puissant.

            Les moins

            • Mon dieu qu'il est laid ! Pourquoi, ô, pourquoi ce look ?
            • Son prix est élevé.

             

            Merci à la boutique Neoplaisir, qui nous a permis de tester le Womanizer.

             

             

             

             

            Elle

            Testeuse de sextoys chez Objets De Plaisir
            Collectionneuse compulsive de sextoys, testeuse pointilleuse et exhibitionniste débutante.

            "Elle" ou "Eglantine" selon les versions.

            Les derniers articles par Elle (tout voir)

            PartagerTweet about this on TwitterShare on FacebookGoogle+share on TumblrPin on PinterestShare on RedditEmail to someone

            13 Réponses à “Test du Womanizer W100”

            1. Tinu

              Tinu

              Il a effectivement carrément le look d’un thermomètre horiculaire.

              Le passage sur le bruit de prout m’a bient fait rire. :D

              Merci pour ce test. À part sur ce forum je n’en avais pas entendu parlé de ce sextoys.

              Répondre
              • Elle

                “Le Womanizer, premier sextoy qui vous proute à l’oreille !”

                (Note à moi-même : ne jamais tenter de devenir créatrice de slogans….)

                Répondre
            2. MagicToy

              MagicToy

              j’avais aussi remarqué ce bruit de “prout” losqu’on le triture un peu….
              on apprécie aussi bcp sa légereté et le fait de ne pas se faire vibrer la main entiére
              en l’utilisant, c’est reposant….
              De plus, les vibros “puissants” sans fils ne courent pas les rues, au final…
              merci à toi pour ce test…
              amitiés.

              Répondre
            3. Toy Story

              Toy Story

              Le look!! Ouais, on se demande vraiment ce qui leur est passé par la tête!!
              C’est SO, beuuurrrkkkk!! Cependant, j’apprécie beaucoup son écrin de rangement, très fonctionnel.
              Et maintenant que tu nous dévoile l’histoire de Britney machin truc encore plus Beurk pour moi!!
              L’édition Saint Valentin étant moins moche, le womanizer ressemble tout de même à une version pour Barbie!!

              Par contre, je fais abstraction à son look, d’ailleurs je m’en moque!! vu son efficacité sur moi!! j’adopte vraiment!! de plus, comme tu le dis, ce petit joujou est très léger, un grand PLUS pour moi.

              Pour son prix, c’est sur, pas donné du tout.

              Merci pour ton test, toujours aussi complet et ton opinion.

              Répondre
              • Elle

                Pour le coup du look… euh… perturbant, je me demande si ce n’est pas fait exprès pour marquer les esprits en tant que sextoy dont on dit “il est moche… mais il est sacrément efficace”.
                Même en étant possédé par l’esprit de la Castafiore, on ne peut pas créer un truc aussi kitsch sans s’en rendre compte. Faire un sextoy spécialement joli n’est déjà pas évident, et, les beaux sextoys ne manquant pas, créer un sextoy suffisamment joli pour qu’il impressionne par sa beauté relève de l’exploit… Alors que trouver une idée de design qui pique, c’est fastoche (au pif : “youpi, faisons un sextoy moitié vert à pois rose, moitié zèbre !”) et tout le monde remarque l’engin.

                Répondre
            4. L.A. Grey

              L.A. Grey

              Je trouve que tu décris très bien les sensations procurées, notamment le passage où tu le compares à un cunnilingus, c’est exactement la sensation que j’ai quand je l’utilise !

              Répondre
            5. Bispyder

              Bispyder

              Bonjour à Elle, la miss ici a une recommandation à faire pour les femmes qui squirts (éjaculation féminine) comme elle….. Vaut mieux tenir le womanizer tête aspirante sur le clito et le manche vers le haut direction du nombril, pour éviter de gicler sur le manche ou pire la tête aspirante car ce joujou pourrait ne plus fonctionner si en contact ou aspiration de liquide ;-)

              Répondre
            6. Toy Story

              Toy Story

              Bispyder: Oui, en effet, vu l’efficacité du petit joujou, j’ai aussi eu des éjaculations assez importantes.
              Je fais comme Miss Bispyder!! ce serait dommage d’abimer notre petit trésor!!

              Tiens hier, je suis tombée!! sur l’émission de Brigitte Lahaé sur RMC, il y avait un témoignage d’une adepte du Womanizer, qui se disait non clitoridienne et avait jouis en 9 secondes!! grâce à son nouveau joujou!!

              Répondre
            7. ptit_boy

              En prévision de l’achat du womanizer 500, une petite question : ça s’utilise sur le capuchon du clitoris, ou bien il faut “décapuchonner” le clitoris ?

              Répondre
              • Elle

                Bonjour !
                Non, pas besoin de “décapuchonner” le clitoris. L’embout se place simplement au-dessus du clito, quelle que soit l’anatomie de son capuchon.

                Répondre

            Trackbacks/Pingbacks

            1.  Le Womanizer W100 : l’édition Saint-Valentin | Objets de plaisir
            2.  Test du Hello Touch de JimmyJane, un vibro-doigts de cyborg | Objets de plaisir
            3.  Test du Womanizer W500 | Objets de plaisir

            Laissez une réponse

            • (Se sera pas publier)