Petit guide du sexe oral

Petit guide du sexe oral : conseils génériques

par Elle
le

Plutôt que de vous décrire une pratique sexuelle peu répandue ou un sextoy insolite, une fois n’est pas coutume, je vais vous parler d’un truc tout simple : le sexe oral. C’est-à-dire : l’art de faire – ou de recevoir – une fellation ou un cunni.

Je n’ai pas la prétention d’être une experte en la matière. Mais je vais tout de même tenter de vous donner quelques conseils pour que votre interaction avec les parties génitales de votre partenaire soit fun, plaisante et jouissive.

Cet article est principalement à l’attention des débutant(e)s. Certes, les tutoriels pour bien sucer / bien lécher font légion, que ce soit sur le net ou dans des magazines, et on trouve de tout – de bons conseils comme des astuces à la con.

Petit guide du sexe oral

La pipe et le cunni ne sont pas les seuls actes sexuels que vous pouvez pratiquer avec votre bouche. Mais dans cet article, je me limiterai à ces deux pratiques.

Si vous pratiquez déjà régulièrement la chose, ce guide ne vous apprendra peut-être rien. Mais si vous le souhaitez, vous pourrez m’aider à le compléter en y apportant votre grain de sel en commentaire.

Conseils communs au cunni et à la fellation

Je comptais faire deux paragraphes séparés, un pour la fellation, un pour le cunnilingus… Puis, je me suis rendue compte qu’une bonne partie du mode d’emploi du sexe oral était valable quel que soit le sexe de votre partenaire.

Soyez attentif à l’autre

Tout d’abord, point essentiel : regardez et écoutez votre partenaire, soyez attentif(ve) à ses réactions. C’est probablement la chose la plus importante si l’on veut réussir une fellation, un cunni, ou n’importe quel acte sexuel.

Cela peut paraître évident… Mais lorsqu’on est concentré afin d’effectuer assidûment tel ou tel geste dans le but de faire plaisir, on peut en oublier l’essentiel : vérifier si cela fonctionne comme prévu sur le/la principal(e) intéressé(e). Observez l’expression de son visage, écoutez ce que votre partenaire peut vouloir vous dire ou les sons qu’il/elle émet, mais aussi la cadence de sa respiration et les mouvements réflexes de son corps.

Il s’agit de déceler les signes d’excitation et de plaisir, afin de savoir lorsqu’on est sur la bonne voie. Mais aussi, les éventuels signes de gêne qui peuvent montrer qu’un geste n’est pas le bon. Il ne s’agit pas forcément de garder deux yeux ronds rivés sur votre partenaire en permanence, mais un coup d’œil de temps à autre ne fait pas de mal.

De plus, le contact visuel et/ou verbal constitue une interaction essentielle au cours du sexe oral. Cela renforce la complicité de l’instant, et il est excitant de voir l’autre prendre du plaisir ou s’affairer à donner du plaisir. Les sensations physiques sont importantes, mais elles ne constituent pas l’intégralité de l’acte – sinon, tout le monde se contenterait de se masturber dans son coin.

Ne mordez pas

On en parle souvent lorsqu’il s’agit de fellation, plus rarement en matière de cunni, mais ce conseil est valable sur tous les tableaux. Ne mordez pas, à moins d’y avoir été invité(e). Un sexe, c’est ultra-sensible. Il est hors de question de le mâchouiller, même un tout petit peu, sauf son/sa propriétaire aime ça et en a envie dans l’élan du moment.

Attention, dans le feu de l’action, on peut facilement mordre sans s’en rendre compte. Surtout lors de la fellation, vu qu’on l’on a le sexe de l’autre entre les mâchoires.

Une astuce si vous avez peur d’y mettre les dents sans le faire exprès : faites en sorte que l’intérieur de vos babines (celles du haut, si vous en avez plusieurs paires) se trouve sur la trajectoire entre vos dents et le sexe de votre partenaire. Le but n’est pas de vous auto-mâchouiller, mais simplement de détecter plus facilement si vous avez le réflexe involontaire de croquer, et ainsi, d’éviter de le faire.

Attention aux chatouilles

Aux alentours du sexe, qu’il s’agisse d’une vulve ou d’un pénis, se trouvent tout un tas de zones qui craignent les chatouilles. Avec l’excitation qui s’intensifie, la sensibilité aux chatouilles diminue pour laisser place au plaisir. Mais au tout début, et juste après l’orgasme, les caresses qui frôlent légèrement, et même parfois le souffle, peuvent chatouiller. Ce n’est pas bien grave, et ça peut même être rigolo… Mais trop de chatouilles et votre partie de jambes en l’air risque de se transformer en fou rire platonique.

Ne pensez pas “préliminaires”

Une bonne pipe ou un bon cunni peut très bien être une fin en soi. Ce n’est pas une étape à franchir pour arriver au boss de la fin, la pénétration. Et ce n’est pas “donnant-donnant” non plus. Vous le faites parce que (et si) vous en avez envie, pas pour obtenir quelque chose de la part de votre partenaire. Libre à vous deux d’enchaîner sur une autre pratique après ou non selon vos désirs.

Si vous n’avez pas vraiment envie de faire une fellation ou un cunni, si l’idée ne vous excite pas, ne le faites pas.

Allez-y progressivement

Même en en ayant tous les deux envie, si vous vous intéressez de but en blanc au contenu du caleçon ou de la culotte de votre partenaire, cela peut prendre de court. Avant de passer aux coups de langue, le dialogue, les baisers et les caresses sont là pour réchauffer l’ambiance.

Les effets chaud/froid et le sexe oral

Si vous avez parcouru d’autres articles consacrés au sexe oral, vous avez probablement croisé les astuces suivantes, consistant à mettre quelque chose dans sa bouche pour ajouter des “effets” à la fellation ou au cunni :

  • Un glaçon, pour un effet froid. Ou pour des sensations atténuées au départ, qui réapparaissent au fur et à mesure que le glaçon fond.
  • Un bonbon à la menthe ou du dentifrice, pour une fraîcheur stimulante.
  • Une boisson gazeuse, pour un léger picotis.

Certaines personnes apprécieront ce type d’effet, tandis que d’autres détesteront. Pour tout ce qui est mentholé, il faut savoir que l’effet Kiss Cool de l’entrejambe risque de persister après le rapport, jusqu’au passage à la douche. Bref, mieux vaut demander l’avis de la personne concernée avant de lui rafraîchir les parties intimes de la sorte.

Le goût et l’odeur

Un sexe propre en bonne santé n’aura a priori pas mauvais goût. Et de manière générale, au cours d’un acte sexuel, le goût et l’odeur de l’autre sont censés être plutôt excitants.

Toutefois, ne soyons pas hypocrites, il peut arriver que vous n’aimiez pas trop le goût de votre partenaire. Ne serait-ce qu’anecdotiquement. En effet, des facteurs comme la transpiration, le produit utilisé pour se laver, et l’alimentation peuvent faire varier le goût des parties intimes et des sécrétions. Dans ce cas de figure, plusieurs attitudes sont envisageables :

  • Soit vous décidez de vous en ficher complètement. Dans le feu de l’action, si l’on est excité, on zappe vite ce détail.
  • Soit, si par exemple vous vous êtes jeté(e) sur votre partenaire après une séance de sport ou une dure journée, vous trouvez un prétexte pour l’emmener à la douche. Un prétexte autre que “tu pues du…”, de préférence.
  • Soit vous utilisez un lubrifiant aromatisé. Souvent annoncée comme la méthode miraculeuse pour le sexe oral, cette option ne l’est pas toujours. Si vous craignez de trouver un parfum désagréable et que vous préférez que ça goûte le bonbon dans le doute, c’est ce qu’il vous faut. Par contre, s’il y a effectivement un goût ou une odeur qui vous déplaisent, y ajouter une note sucrée n’arrangera pas forcément les choses.
  • L’utilisation d’un préservatif (parfumé ou non) pour la fellation ou d’une digue dentaire (ou un préservatif coupé en carré) pour le cunni supprime tout contact direct. Et donc le goût avec. Certes, ce n’est pas forcément un atout de sexytude… Mais bien au-delà de l’aspect gustatif, c’est surtout un moyen de protection efficace contre toutes les MST et IST. Vour trouverez plus de détails à ce propos dans cet article consacré à la prévention des MST et des IST.

 

Ce guide du sexe oral était trop long pour être publié d’un seul bloc. Aussi, nous avons décidé de le découper en plusieurs parties.

La suite au prochain article, où nous détaillerons la question de la fellation.

 

Collectionneuse compulsive de sextoys, testeuse pointilleuse et exhibitionniste débutante.

9 réflexions sur “Petit guide du sexe oral : conseils génériques”

  1. Merci pour cet article même si je n’y est pas appris grand chose. Nous pratiquons très souvent le sexe oral enfin surtout moi sur madame. Pas plus tard que ce matin d’ailleurs au réveil un petit cunni c’est pas désagréable. Après pour apporter quelques conseils je ne sais pas trop c’est vraiment à la personne qui donne d’apprendre de l’autre pour comprendre ce qui lui plaît et comment faire… Y’a rien d’universel là dedans..
    1. Hello ! A partir du moment où on est dans une relation régulière et où l’on pratique le sexe oral, c’est clair que le mode d’emploi s’écrit tout seul au fil des échanges avec l’autre. Ce type de conseils s’adresse plutôt aux personnes qui n’ont absolument pas l’habitude de pratiquer la chose. C’était plutôt destiné à être une sorte de “première approche” pour y aller sans stress, avec un(e) partenaire qu’on ne connaît pas forcément bien sur ce plan. Parce que sur ce blog, je fais souvent des articles du style “le fétichisme des cacas d’oreilles contemplés en faisant le poirier”, je donne des conseils sextoys, mais j’en oubliais qu’il peut y avoir des gens qui arrivent ici en quête de renseignements sur des pratiques beaucoup plus simples et basiques, sans forcément de budget sextoys sous la main.
    2. Par contre pour le “y’a rien d’universel”, je suis pas totalement d’accord. Même si plein de trucs sont à réapprendre pour “optimiser” l’acte d’un(e) partenaire à un(e) autre, faute de mode d’emploi pour la pipe ou le cunni parfait, y’a quand même des bases communes pour réussir un truc au moins à peu près correct.
      1. Oui c’est vrai tu as raison. ce genre de pratique et avec le sexe en général ça repose sur une sorte de base commune/standard pour donner un minimum de plaisir. J’ai peut être parler un poil trop vite.
  2. Sur le goût et l’odeur, je souhaite en rajouter un peu. Résumé: Homme comme femme, laver aide, mais des fois ça suffit pas. Mais on peut s’y habituer. Ou pas. TL;DR: Même lavé au savon juste exprès, un sexe masculin ou féminin “sent” toujours un peu. Pour peu que votre partenaire ou vous aime ayez l’odorat fin, il est possible que ce soit définitivement rédhibitoire. Si ça pose problème, ne vous en offensez pas : vous ne sentez pas “mauvais”. Simplement vous sentez une odeur auquel l’autre n’est pas habitué/ qui lui évoque autre chose de pas agréable. Par exemple, mon odorat étant fin, un sexe féminin sent surtout l’urine pour moi. Voir pire. Ca ne me fait pas envie. Faire un cunni/ un fellation en ayant la nausée c’est pas top… Dans mon cas, j’ai remarqué qu’un bon nettoyage des parties intimes aide. L’excitation joue aussi un rôle: on passe mieux certaines odeurs quand on est bien chaud. Vous pouvez aussi essayer les méthodes de déconditionnement/conditionnement. Par exemple s’habituer peu à peu à ignorer l’odeur du sexe de votre partenaire en commençant par un simple baiser pendant l’acte, puis quand vous êtes à l’aise avec, à faire un baiser plus long. Etc. Ou alors demander à votre partenaire de vous caresser sensuellement pendant que vous tentez une approche de la zone “parfumée” afin que votre cerveau finisse par associer cette odeur avec celle du sexe. Après tout, ça vaut pour tout. Les odeurs sont directement liées à l’émotion. https://fr.wikipedia.org/wiki/Madeleine_de_Proust (ça c’est épater votre prof de Français/ briller en société niveau culture). Et l’odorat court-circuite pas mal de système de “filtrage” du cerveau. Autrement dit, votre nez parle directement à votre cerveau, quand votre vue doit passer par son secrétaire. Lors de votre première rencontre avec votre partenaire, vous avez peut-être trouvé que sa sueur sentait fort. Au bout de 6mois de sexe ensemble, l’odeur de sa sueur est devenue quelque chose qui vous émoustille et vous met en rut! Et dans le pire des cas, acceptez que votre partenaire “n’aime pas ça”. Les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas. Et il y a plein de manières variées de jouir! :)
    1. Hello ! Je plussoie tout à fait le “acceptez que votre partenaire n’aime pas ça” : tout ce qui consiste à se demander “Comment convaincre un(e)tel(le) de pratiquer tel ou tel acte sexuel”, c’est un mode d’emploi idéal pour devenir lourd et ôter à l’autre toute envie de (ré)essayer à l’occasion.
      1. Bonjour; je vais mettre mon petit grain de sel. Il est vrai que c’est un sujet qui largement traité dans divers supports d’informations ou autres. Je n’entrerais pas dans le détail de la pratique, comme tu le disais (ELLE) il faut que ça soit un plaisir pour les deux, c’est la base. Le reste c’est du…Pipo Par contre si l’odeur du sexe vous déranges, faite le sous la douche. Même un fin filé d’eau suffit pour couper odeur et goût. Après rien ne vous empêche d’aller continuer ailleurs.
  3. Alors J’aime bien ce site déjà il est cool et donc premier post de ma life sur un blog (Je n’aime pas commenter) Trois point tous con que j’ai remarqué (à vérifier quand mm). En premier etre aligné ça semble être n’importe quoi dit comme ça mais si le but est de faire jouir bin d’expérience cela vient beaucoup moins rapidement quand on est désaxé avec sa partenaire et quand on débute et que on n’a pas « le sens du rythme » sa peut faire la différence (et moins mal au cou sérieux quand c’est 40 mn on douille). Pour un début ça peut d’ailleurs etre mieux avec la fille dessus l’alignement et mieux pas de galère cervical pour le partenaire et la fille vient (généralement) plus vite (Je pense que c’est une question de pressions/ contraction plus forte dans cette régions due au fait qu’elle supporte son propre poids mais j’en sais rien en vrais). Second point les tétons les faire rouler, les pincé…. (Je ne vais pas vous apprendre comment on joue avec) ça peut augmenter considérablement le plaisir et d’ailleurs cela n’est pas efficaces que si la personne à les seins sensibles. Comme exemple ma partenaire n’est pas sensible des seins mais elle prend beaucoup plus de plaisir comme ça (par qu’elle magie mystère). C’est marrant en plus prsq cela fait aussi une bonne imitation de l’écrevisse (les pinces en avant tout ça… je laisse les gens à leur imagination). Troisième points Encore une fois pour les filles (dsl) au sujet de « ne penser pas préliminaire » léger divergence d’opinion (ou pas) de ce que j’ai constaté si la pénétration est immédiatement après un orgasme, votre partenaire devrais continuer son orgasme par la pénétration (Il faut quand même pousser un peu loin l’orgasme avec la langue avant plus de temps on le prolonge meilleurs s’est pour la suite mais pas la torturer non plus et ne pas y allez doucement après logique vous sauter les étapes du débuts pour venir direct à la fin). En vrais ça peut changer un couple surtout si la femme peine vraiment à ressentir du plaisir avec la pénétration (ce qui peut être très frustrant pour les deux). Cependant je suis entièrement d’accord ac elle s’est pas la peine de le faire si vous n’aimez pas ça. Personnellement j’ai toujours considérez que cela constitué un tous dans la relation, mais si vous vivez ça comme un préliminaire un peu chiant vous allez vous retrouvez enfermez dans une « corvée de lustrage de clito » Prsq votre partenaire serra un peu dégouté de se contenté pas grand-chose en plaisir dans les relations future. Désolé pour ce poste infinie c’est pour cela que je n’écris pas de commentaires.
    1. Bonsoir ! Merci pour ton commentaire ! On est d’autant plus flattés que tu aies pris la peine de l’écrire si tu n’en écris pas souvent. Pour l’alignement, je confirme, faire un cunni dans une angle un peu tordu, ça donne vite un torticolis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *