Gwyneth Paltrow vend des vibros

Gwyneth Paltrow vend des vibros… et ça fait polémique

le

Depuis peu, l’actrice Gwyneth Paltrow vend des vibros parmi sa gamme de produits de bien-être, Goop Wellness. L’engin, qui ressemble à un cornet de glace pastel, a ravi les fans, et ses stocks sont désormais épuisés. Cependant, la nouvelle a fait polémique chez les sex-blogueurs.

Gwyneth Paltrow vend des vibros

Sextoys et célébrités : de la provoc’ à la revendication

Il y a quelques années, pour une célébrité non porno, proposer un sextoy parmi son merchandising était un acte de provoc’. Rammstein avait sorti un coffret collector de godes en jelly représentant les pénis des membres du groupe, Gorillaz une gamme de mini-vibros, et Mylène Farmer, un vibromasseur dans une boîte musicale en forme de cercueil. Motörhead s’y est également mis un peu plus tard, avec entre autres l’Orgasmatron, une wand badass à l’effigie du War Pig.

Les godes Rammstein
L’édition sextoys de l’album de Rammstein “Liebe ist für alle da” (source)

Mais la démarche n’a désormais plus grand-chose de provocant. Entre autres, la chanteuse Lilly Allen a récemment associé son nom à une édition spéciale du Womanizer Liberty, et l’actrice et mannequin Cara Delevingne est devenue copropriétaire de la marque novatrice de sextoys Lora DiCarlo. A l’heure actuelle, pour une célébrité, vendre des sextoys, c’est simplement affirmer son ouverture d’esprit. Bref, pas de quoi choquer grand-monde, si ce n’est les ultra-puritains.

Cependant, pour l’instant, seules des célébrités “tout public” féminines ont osé clamer haut et fort leur amour des sextoys. Du côté des bonshommes, ça reste très timide, les stars mainstream masculines préférant laisser à Rocco Siffredi l’honneur de vanter les mérites du Satisfyer Men Vibrations.

Gwyneth Paltrow vend des vibros, mais n’assume pas

Si beaucoup restent perplexes par rapport au vibro Goop, ce n’est pas par puritanisme, bien au contraire. En effet, Gwyneth Paltrow vend des vibros, certes, mais n’assume pas d’en utiliser, ni d’en acheter, et semble avoir une vision totalement biaisée de l’industrie du sextoy.

Dans une interview pour le New York Times, lorsqu’on lui demande de parler du design de son vibromasseur, l’actrice de Seven et d’Iron Man déclare : “Beaucoup de vibros ont un look hypersexualisé. Soit ils sont très phalliques, soit ils ressemblent à quelque chose que vous achèteriez dans un sex-shop.”

Et lorsqu’on lui demande si elle a testé le vibro : “On ne m’a jamais posé cette question. Je crois que vous m’avez fait rougir. Je m’abstiendrai de tout commentaire”.

La sex-blogueuse Sarah Brynn Holliday (Formidable Femme) s’insurge sur Twitter, puis publie un article en réaction :

Réaction de Sarah Brynn Holliday à l'interview de Gwyneth Paltrow à propos du vibroo Goop

“Je ne peux vraiment pas m’en remettre. Bordel, où suis-je censée acheter mes vibros ? Chez Starbucks ? Chez Panera (ndlr : une chaîne de boulangeries américaine) ? Chez Barnes & Noble (ndlr: une chaîne de librairies) ? 

La testeuse de sextoys Lilly Delvaux (Dangerous Lilly) s’indigne :

Réaction de Sarah Brynn Holliday à l'interview de Gwyneth Paltrow à propos du vibroo Goop

“Il ne m’était pas passé par la tête qu’un vibro puisse/doive paraître “plus intellectuel”. En quoi est-ce que ceci ne ressemble pas à “quelque chose que l’on vend dans un sex-shop” ? En quoi est-ce mieux que le Je Joue Mimi, le Crave Vesper, ou les sextoys Tenga Iroha, pour ne citer qu’eux ? Cesse de dénigrer l’industrie du sextoy dans le simple but de promouvoir ta saleté. Et aussi, elle parle de dissiper la honte, puis refuse d’admettre”.

Gwyneth Paltrow et les nombreuses controverses de Goop

L’actrice n’en est pas à sa première controverse en matière de conseils sexo pourris et de pub mensongère.

Entre autres, Gwyneth Paltrow a longtemps vanté les mérites des bains de vapeur vaginaux, un pratique pouvant causer des brûlures graves. Elle a également été condamnée à payer une amende de 145000 dollars pour avoir affirmé, sans la moindre preuve scientifique, que les œufs de Yoni (des sortes de boules de geisha en pierre) en jade (un matériau poreux, pouvant s’avérer nocif car des bactéries peuvent se développer dans ses pores) vendus sur son site étaient capables “d’accroître le tonus musculaire, l’équilibre hormonal, et l’énergie féminine de manière générale”.

Plus récemment, elle a sorti une “bougie senteur vagin”, à 68 euros, aux notes de bergamote, de géranium, de cèdre et de rose (drôle de vagin). Bien que la bougie soit hors de prix, et le concept, assez étrange, le tout semblait plutôt inoffensif. Mais même là, loupé : une femme affirme que la bougie en question, gagnée lors d’un quiz en ligne, a explosé dans son salon. Espérons que le vibro Goop ne soit pas aussi dangereux.

Collectionneuse compulsive de sextoys, testeuse pointilleuse et exhibitionniste débutante.

2 réflexions sur “Gwyneth Paltrow vend des vibros… et ça fait polémique”

  1. Gwyneth Paltrow… avec ce qu’elle a refourgué comme charlataneries pour les vagins, j’imagine la qualité du vibro! 100% composés toxiques et tellement bien isolé sur le plan électrique qu’il doit refiler des décharges 220V en bonus!

    1. A en juger par ses specs, le sextoy en lui-même n’a pas l’air de présenter une quelconque caractéristique alarmante. En silicone, rechargeable, waterproof, bref, tout à fait normal pour un vibro en 2021. Il n’a pas l’air de spécialement se démarquer du lot non plus, si ce n’est qu’il est réversible (sa “poignée” peut aussi vibrer et être insérée), mais c’est pas le premier sextoy proposant cette fonctionnalité (qui n’est pas nécessairement une bonne idée, d’ailleurs).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *