Le Big Boss G5 de Fun Factory est un imposant vibro. Certes, sa forme est phallique, mais il est en silicone, bien fichu, et ses vibrations sont du tonnerre.

Avant que se popularisent les vibros en forme de canard, de chenille ou autres animaux, puis ceux aux designs abstraits, un sextoy, c’était, avant tout, un gros machin phallique. Avec le Big Boss G5, Fun Factory revient à cette définition première, tout en la modernisant à souhait.

Big Boss G5 de Fun Factory

Pour ma part, je n’ai rien contre les sextoys en forme de pénis, lorsqu’ils sont efficaces et de bonne qualité. La marque allemande ayant de nombreuses réussites à son palmarès, j’ai tout de suite eu envie d’essayer le Big Boss G5.

Nous avons reçu l’engin en deux versions : la G5 classique, et l’édition “Black Line”, au look revisité avec une poignée de couleur noire.

Voici notre test du Fun Factory Big Boss G5.

Acheter chez Lovehoney 

Packaging

L’emballage du Big Boss ne diffère guère par rapport à celui des autres sextoys de la marque : en carton à pois, décoré de visuels du sextoy, plutôt pas mal, mais jetable.

 

Les boîtes du Big Boss G5 et du Big Boss Black Line

 

Aucun étui n’est fourni, si on en veut un, il faudra acheter celui-ci séparément. La marque Fun Factory en vend des plutôt sympas, bien solides.

A l’occasion de son vingtième anniversaire, un nouveau Toybag super mignon, imprimé de silhouettes de sextoys Fun Factory aux couleurs vives, a été créé par Karim Rashid, un designer suffisamment célèbre pour avoir sa propre page Wikipédia. J’étais conquise… Jusqu’au moment où j’ai remarqué qu’il valait trois fois le prix de son jumeau monochrome (près de 20 euros, contre près de 7 euros pour l’étui non décoré). Je vous laisse en juger par vous-même, mais pour ma part, si je devais en acheter un, je pense que j’opterais pour la version non relookée, plus abordable.

 

Déballage des deux versions

 

Ce designer a également conçu pour la marque un coffre à sextoys, en carton pliable, la “Toybox” dont Fun Factory nous a envoyé un exemplaire.

Même commentaire que pour l’étui : elle est jolie, solide, avec des détails pratiques (une petite fente pour y faire passer les câbles de chargement et une fermeture aimantée) mais je trouve son prix élevé, quasiment 30 euros pour une belle boîte en carton…

 

La Toybox Fun Factory

 

Le sextoy

Aspect

Le Big Boss G5 existe en trois teintes : chair, fuchsia, et noir. Si les versions chair et fuchsia n’ont pas bougé d’un poil, le modèle noir a vu sa poignée passer du blanc au noir avec l’édition “Black Line”. Ce n’est pas un changement radical de look, mais je trouve ce nouveau coloris un brin plus classe. C’est la seule et unique différence entre le G5 “classique” et sa version “Black Line”, je ne m’attarderai donc pas là-dessus dans la suite de ce test.

La poignée présente un orifice permettant d’y passer deux doigts, et est munie de trois boutons.

 

Les deux versions du Big Boss G5

 

Quant à la partie insérable, elle est courbée vers le haut, phallique, avec un gland au bout, mais néanmoins suffisamment stylisée pour qu’on ne la confonde pas avec la représentation d’un zizi humain. Le gland est parfaitement symétrique et lisse, sans méat ni frein. De la base de ce phallus non réaliste partent quatre vagues en relief : les trois premières, assez courtes, s’étalent en diagonale, faisant office de veines, tandis que la dernière devient le frein en s’aventurant jusqu’en-dessous du gland.

Ses dimensions sont imposantes, avec un diamètre de 4,5 centimètres, et une partie insérable longue de 18 centimètres.

Texture et matériau

La partie insérable du Big Boss G5 de Fun Factory est en silicone médical, matériau non-toxique et non-poreux.

La surface de ce silicone a une texture “peau de pêche”, toute douce, mais qui a une fâcheuse tendance à attirer la poussière, même quelques secondes après l’avoir nettoyé (c’est impressionnant, à peine déballé, il était déjà tout pelucheux, il faut le nettoyer constamment), et à nécessiter pas mal de lubrifiant.

A propos de lubrifiant, la marque préconise d’en choisir un a base d’eau, et met en garde contre les huiles (note : Les lubrifiants a base d’huile ne sont pas compatibles avec les préservatifs, et peuvent causer des infections si utilisés dans le vagin) et les crèmes solaires (seconde note : Si un jour vous avez l’idée saugrenue de flanquer de la crème solaire a l’intérieur de votre vagin, par pitié pour ce dernier, changez d’avis), qui vont a coup sûr amocher le vibro, et par la même occasion, annuler sa garantie. Rien n’est précisé quant aux lubrifiants silicones, mais après en avoir fait de nombreuses fois l’expérience, aucun de ceux que j’ai eus sous la main n’est parvenu a abîmer l’un des sextoys Fun Factory de ma collection.

“FlexiFun” : la flexibilité du sextoy

 

Sans aller jusqu’à être mou, le Big Boss G5 est un brin “moelleux” sur toute sa longueur, et flexible, dans toutes les directions. Dit comme ça, un vibro souple, ça n’a pas l’air bien sorcier, mais c’est un brin plus impressionnant lorsqu’on se rend compte, a la répartition de ses vibrations, qu’un de ses deux moteurs semble se trouver en plein dans une zone déformable a souhait, non loin du gland, ce qui explique le qualificatif “technologie FlexiFun” et le dépôt de brevet.

Alimentation

Rien de nouveau de ce côté-là par rapport aux autres toys rechargeables Fun Factory.

Le chargeur est toujours le même, le Click & Charge, USB d’un côté, embout qui adhère magnétiquement a deux pouics métalliques sur le manche du sextoy.

Le Big Boss Black Line et son chargeur
Le Big Boss Black Line et son chargeur

Petite parenthèse : à ma grande surprise, j’ai remarqué que l’on pouvait recharger le Big Boss G5 avec le chargeur d’un Satisfyer… Mais, pas l’inverse. Si vous espériez acheter un Click & Charge pour replacer le câble de chargement de votre Satisfyer que vous venez de paumer, c’est loupé.

Côté USB, le courant est identique, de l’autre, sur les deux chargeurs, on a une paire de pouics magnétiques avec un écartement suffisamment semblable pour que le contact s’établisse, pourtant, une fois branché au Click & Charge, le Satisfyer Pro 2 s’allume un coup en rouge comme s’il s’apprêtait a se recharger, puis plus rien (alors qu’il clignote en rouge durant sa charge).

Pourquoi ? Mystère et boule de gomme. Et-ce fait exprès, et si oui, par laquelle des deux marques ? Je n’en ai pas la moindre idée.

Le vibro Fun Factory Big Boss G5, branché au Click & Charge
Le vibro Fun Factory Big Boss G5, branché au Click & Charge

Niveau batterie, rien ne change non plus, et c’est tant mieux : une batterie lithium super costaud qui ne perd pas sa charge, même lorsqu’on ne s’est pas servi du Big Boss depuis longtemps.

A noter que le Big Boss G5 est complètement waterproof, ce qui facilite grandement le nettoyage et permet une utilisation sous la douche ou dans le bain.

Utilisation du vibro

Commandes

Les commandes du Big Boss G5 sont les mêmes que celles des Stronic, du Patchy Paul G5 ou du Miss Bi : trois boutons ronds, en relief, qu’on ne peut pas manquer du bout du doigt, même sans regarder :

  • un bouton “Fun”, le plus gros, qui allume et éteint le sextoy,
  • deux touches “+” et “-“, qui permettent de naviguer entre les modes

A l’allumage, on démarre sur un mode de vibrations constantes. On a une série de modes avant, et d’autres après : le “+” permet d’accéder au suivant, le “-” au précédent, mais on ne repart pas en boucle une fois le dernier atteint. Ces commandes sont simples, intuitives, on sait toujours a peu près ou on en est, et si l’on presse le mauvais bouton dans le feu de l’action, il est facile de faire machine arrière.

Le Big Boss Black Line de Fun Factory et ses commandes
Le Big Boss Black Line de Fun Factory et ses commandes

Il est également possible de verrouiller les commandes (par exemple, pour transporter le sextoy), en appuyant simultanément sur “Fun” et “-“, jusqu’à ce que ces deux touches clignotent. Pour déverrouiller, même procédé avec les boutons “Fun et “+”.

Modes de vibrations

Le Fun Factory Big Boss G5 a 12 modes de vibrations :

  • 6 modes constants, de différentes intensité. Deux modes plus faibles se trouvent avant celui sur lequel on démarre, trois modes plus puissants se situent après.
  • 3 modes que la notice nomme “Aerobic”, pour leurs variations d’intensités en dents de scie.
  • 3 modes nommés “Razzle Dazzle”. Ces modes mêlent vibrations et pulsations, dans des rythmes rapides et plus complexes.

Les six modes “fantaisistes” sont bien fichus, avec des variations progressives des vibrations, sans arrêt. Il valent le détour, et je m’attarde fréquemment dessus. Toutefois, je me focalise davantage sur le mode constant lorsque mon but est d’atteindre l’orgasme.

Niveau sonore

Le Big Boss G5 est peu bruyant. A sa puissance maximale, les cigales dehors font bien plus de boucan que lui.

Efficacité pour la stimulation clitoridienne

Vu les dimensions un brin imposantes de l’engin, il est plus agréable de débuter par une stimulation clitoridienne avant de tenter de l’insérer.

Pour l’échelle : le Big Boss G5 et le Fleshjack Jason Visconti, qui est déjà un gros zizi

En usage externe, la tête du Big Boss G5 transmet des vibrations suffisamment fortes pour une stimulation très efficace du clitoris.

Les moteurs sont puissants, et au nombre de deux. L’un se situe dans la tête du sextoy, le second près de la base de la partie insérable. Cet agencement permet aux vibrations de se répartir équitablement sur la longueur, sans perte d’intensité.

Je jouis ainsi rapidement. Je recommence une ou deux fois si je le souhaite, et je peux ensuite passer à la pénétration.

Efficacité pour la pénétration vaginale

Pour l’insertion vaginale, comme je l’ai dit plus haut, mieux vaut se munir d’une bonne quantité de lubrifiant.

La forme de son gland permet une insertion progressive, en douceur. Le Big Boss G5, gros mais très flexible, donne une sensation de plénitude sans causer d’inconfort. Et ce, quelle que soit la position.

Une fois à l’intérieur, je préfère lui faire effectuer des mouvements de faibles amplitude, plutôt que des va-et-vient vigoureux. En ajustant son orientation, sa tête vient aisément stimuler mon point G. Ainsi, les vibrations puissantes qui se propagent dans cette zone et en profondeur contribuent à des orgasmes intenses.

Le Big Boss G5 de Fun Factory

 

Je n’ai pas tenté d’utilisation anale de ce sextoy : trop gros pour moi. Notons qu’il n’est doté d’aucun “butoir”à sa base. Donc si vous décidez de lui faire visiter votre côté obscur, veillez à toujours garder un doigt dans sa poignée pour le maintenir et éviter tout accident.

Conclusion sur le Fun Factory Big Boss G5

Les bons points :

  • Ses vibrations sont puissantes. Cela le rend très efficace pour la stimulation clitoridienne, et contribue aux sensations une fois le sextoy inséré.
  • Il est gros et très flexible, ce qui crée une sensation de plénitude, sans inconfort.
  • Il est globalement de très bonne qualité (matériau sain, bonne batterie, étanchéité…)

Les mauvais points :

  • Il attire les poussières.
  • Sa forme phallique et assez “basique” ne conviendra pas à tous les goûts

Fun Factory G5 Black Line

Le Big Boss G5 de Fun Factory est un très bon vibro. Et la qualité et les sensations sont au rendez-vous. Si vous aimez les grandes tailles et les vibrations puissantes, si vous cherchez un sextoy multi-usages et n’avez pas peur d’un design un brin phallique, je vous le recommande vivement.

 

Big Boss G5 (Fun Factory)

Big Boss G5 (Fun Factory)
8.6

Look et originalité

8/10

    Texture et matériaux

    8/10

      Efficacité

      9/10

        Ergonomie et aspect pratique

        10/10

          Rapport qualité/prix

          8/10

            Les plus

            • Vibrations puissantes
            • Gros et flexible
            • Excellente qualité

            Les moins

            • Attire les poussières

             

            Merci à Fun Factory  de nous avoir fourni le Big Boss G5 pour ce test

             

             

             

             

            8
            Poster un Commentaire

            avatar
            3 Comment threads
            5 Thread replies
            2 Followers
             
            Most reacted comment
            Hottest comment thread
            4 Comment authors
            MéluzineFanlhamElleTinu Recent comment authors
              Subscribe  
            plus récents plus anciens plus de votes
            Me notifier des
            Tinu
            Tinu

            Bonjour

            Merci pour ce test.

            Pour le revètement des fun factory, je trouve qu’ils on tendance à trop boire le lubrifiant, il en faut toujours beaucoup et en remettre. C’est dommage parce que sur le reste niveau qualité c’est au top.

            Fanlham
            Fanlham

            Ouep c’est le matériau qui semble en être la cause.
            Parfois je me dis que je pourrais faire la poussière avec.
            Mais, bon, je crains que les réactions soient un brin gênée si on me prend en train de frotter mes meubles avec un god.

            Tinu
            Tinu

            A faire avec une caméra cachée quand belle maman est de passage. :D

            Méluzine
            Méluzine

            Je plussoie pour la poussière et Fun Factory (sans compter le calvaire des poils de chat !). Dommage, c’est une marque que j’aime bien mais effectivement ça implique d’éviter de les poser sur les draps…