machine infernale

Devinette : quelle est cette machine infernale ?

le

Une petite devinette : mais qu’est-ce donc que ce drôle d’objet sur la photo ? Avec tous ses boutons, s’agirait-il d’une machine infernale de science-fiction ? Vous avez le choix entre plusieurs réponses.

  • A : Les commandes d’un vaisseau spatial dans un film des années 80.
  • B : Un jeu pour gagner des peluches dans une fête foraine.
  • C : Un engin pour pour surveiller la température d’un réacteur nucléaire.
  • D : Peuh, n’importe nawak, on sait bien qu’il s’agit d’un truc sexuel !

machine infernale

Réponse : qu’est-ce que cette machine infernale ?

Comme vous l’avez deviné, les voyages interstellaires et les ours en peluches n’ont rien à voir là-dedans, car cette machine infernale est en réalité… une cabine vidéo d’un sexshop.

J’étais plutôt intriguée par ces lieux d’une autre génération, en équilibre sur la mince barrière entre le glauque et l’érotique. J’ai donc décidé de partir en mission d’exploration dans le coin cinéma d’un sexshop “à l’ancienne”.

Dans la boutique en elle-même, le choix de sextoys est un chouia restreint : un stock de Fun Factory, quelques modèles connus d’autres marques (mais, bizarrement, pas un seul LELO), quelques bidules en jelly et quelques godes géants. En matière de lubrifiants, ce n’est bien entendu pas aussi varié que sur le net, mais on trouve tout de même pas mal de diversité. Par contre, les vidéos, ce n’est pas ça qui manque… Une pièce entière est consacrée aux DVDs.

Un monsieur descend l’escalier de sortie du “cinéma”. Il semble un peu gêné quand je regarde machinalement dans sa direction. Puis un autre suit le même chemin. Ça semble peuplé, là-dedans.

L’accès aux cabines est payant. Je demande donc les tarifs au vendeur. Neuf euros la demi-heure. Ma visite ne prendra pas plus de dix minutes, mais une demi-heure, c’est le tarif minimum. Je ne sais pas si beaucoup de gens restent une demi-heure entière, ni s’il arrive souvent que l’on prenne le forfait deux heures.

Il me demande si j’ai une préférence quant au choix de la vidéo, mais celle-ci m’importe peu (j’ai une connexion internet, merci) : ce sont les lieux qui m’intéressent. Je paie, il m’indique un numéro de cabine et je grimpe l’escalier. J’arrive à ma cabine. Celle-ci ferme à l’aide d’un verrou.

L’intérieur d’une cabine vidéo d’un sexshop

Je referme la porte, et j’en profite pour (tenter de) prendre quelques photos pour vous montrer les lieux. Mais je n’ai que mon téléphone sous la main, et ce n’est pas l’endroit le plus éclairé du monde. Bref, je sais que le résultat ne sera pas terrible, mais tant pis, je tente quand même.

Sur l’image ci-contre, voici donc une vue plus vaste de la petite pièce.

cabine vidéo sexshop

Je vous l’avais dit, on ne voit pas grand chose. Mais je vais vous décrire les éléments manquants (après la devinette, le puzzle).

Sous l’écran, une petite poubelle remplie de mouchoirs (finalement, c’est peut-être pas plus mal qu’on ne la voie pas). Peut-être que les gens qui m’ont précédée étaient tristes, ou enrhumés, qui sait. Mais je suis prête à parier que ces mouchoirs contiennent très peu de morve. Contre le mur, un distributeur de mouchoirs propres. Face à l’écran, une banquette pour s’asseoir, verte, un peu déchirée.

Le bidule farci de boutons et de voyants lumineux rassemble les commandes du DVD. Ou de la cassette, qui sait. La machine, en tout cas, date de l’époque des VHS, voire d’avant, mais le lecteur a probablement été changé depuis.

Quel est l’usage des cabines vidéos d’un sexshop ?

Vous l’aurez compris, si ce lieu attire toujours des visiteurs, ce n’est ni pour sa modernité, ni pour son standing. Mais c’est une autre histoire… N’ayant guère d’expérience en la matière, nous avons fait appel à des témoignages.

Quelques adeptes des cabines vidéos de sex-shops ont accepté de se confier à nous, dans la série d’articles qui va suivre :

Cabines vidéo d’un sexshop : pourquoi y va-t-on ?

 

Collectionneuse compulsive de sextoys, testeuse pointilleuse et exhibitionniste débutante.

10 réflexions sur “Devinette : quelle est cette machine infernale ?”

  1. “Le film était bien?” :D Blague à part, faut être motivé quand même pour rentrer dans ce style d’endroit, j’ai du mal à saisir le concept. Louer un dvd, film x, ok ça peut se comprendre admettons, comme tu le dis y a internet mais bon admettons, certains sont moins technophile. Mais aller dans ce style de cabine avec ce style de film, là pour le coup, perso ça me tente vraiment pas. J’ai du mal à voir l’intérêt, par rapport à le faire chez soit bien tranquillement.
  2. Le film était… euh… vieillot. Pour ma part, c’était avant tout une question de curiosité, une envie de voir à quoi ressemblaient les lieux. Sinon, bah, je ne peux pas vraiment m’exprimer à la place des autres, mais il y a un côté “interdit”, insolite qui peut être intéressant… et la possibilité de laisser la porte ouverte pour être vu. En fait, je comptais à l’occasion tenter de recueillir des avis d’habitués (ou de gens qui n’ont testé qu’une fois, on verra bien qui me répond) sur le sujet.
  3. En tous cas c’est un sujet intéressant à lire. Pas commun et pas vraiment abordé. Après ce qui me choquerait aussi,c ‘est l’hygiène, je suis pas sûr qu’il y ait un nettoyage entre chaque client par exemple?
  4. L’hy-quoi ? Effectivement, ça m’étonnerait que les cabines soient nettoyées entre chaque client. Mais bon, après, c’est certes psychologiquement dégueu, mais le sperme, c’est pas le truc le plus bactériologique du monde, et les gens en étalent rarement des litres partout. Donc c’est loin d’être aussi crade que les toilettes d’un restaurant ordinaire, par exemple, je pense.
  5. Noir Intense 35
    Ah zut moi qui croyais que c’était un engin de foire pour gagner une peluche…J’ai une excuse, je ne connais pas encore bien votre blog mais je vais y remédier…
  6. @elle, voué, je sais tout ça, mais bon il n’empêche que psychologiquement personnellement ça ne me convient pas du tout. :D ET les toilettes eux sont justement nettoyés régulièrement. :D (pas à chaque passage j’en conviens). Après, aux toilettes aussi à part les gens dégueux, je doute qu’on fasse exprès de tout cradosser. :D Donc normalement, sauf cas extrèmes de lieux publics à forts passages, en dehors de l’intérieur de la cuvette ce n’est pas souvent vraiment crade. (mais y a des bactéries on est d’accords, enfin moins que sur son propre téléphone alors… :o) ALors qu’une erreur d’appréciations de timing arrive bien plus facilement dans ce type d’usage lol. Du coup on s’attend à ce qu’il y ait eu plus de dégâts qu’ailleurs, même si ce n’est pas “visible”.
  7. @Noir Intense 35 : Bienvenue :) @Tinu : Bon, j’avoue que j’ai quand même étalé ma veste sur la banquette histoire de ne pas m’asseoir directement dessus. Quoique, je sais pas si c’était une très bonne idée… pour ma veste. Je préfère continuer à me dire que c’était pas trop sale.
  8. D’après ce qu’une personne m’a raconté (je tente de rassembler des avis mais ça n’a pas l’air si évident que ça à trouver), bah la bâche peut-être pas, mais le gel désinfectant, ça se fait.
  9. Bon, je me lance….j’aurai l’air d’un détraqué sexuel…mais n’en déplaise à certains, j’ai fréquenté ces lieux mal renommés. Avec internet c’est du passé mais que voulez vous à l’époque c’était moins cher et moins risqué qu’avec ces dames de “réconfort” …..longue vie à Objetsdeplaisir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *