Ecrit le par - Mis à jour le

A force de les tester, nous finissons par en voir passer un petit nombre et, à force d’en voir passer un petit nombre, nous finissons par noter et retenir quelques points, quelques astuces…

Je vous propose donc, sans aller jusqu’à un guide, quelques points à prendre en compte, évidents ou pas, à l’achat d’un sextoy :

La matière

Les matériaux souples

Le silicone

Pour un vibro classique, je vous conseille de choisir le silicone. Surtout si vous recherchez un objet plutôt mou ou flexible.

C’est une matière très agréable au contact, inodore et sans danger pour la santé. S’ils sont souvent plus chers, on trouve quand même des vibros en silicone abordables.

 

Le silicone existe sous de nombreuses formes, aux textures très variées : on trouve du silicone très souple, mais aussi du silicone rigide.

 

objetsdeplaisir_ (1 of 1)-2objetsdeplaisir_ (1 of 1)-7

Le Touch et le Tango de We Vibe. Le Tango est en silicone dur, tandis que le Touch est en silicone mou.

 

Attention toutefois, certains sextoys vendus comme étant “en silicone” ne sont pas constitués de silicone pur. Ces objets contiennent un pourcentage de silicone suffisant pour que leur fabricant ait le droit de dire qu’ils sont en silicone (?), mais cela ne nous dit absolument rien quant au reste de leur composition.

Pour être certain(e) de ce que vous achetez, vérifiez qu’il est bien indiqué quelque part “silicone de qualité médicale” ou “100% silicone”.

 

La jelly : à éviter

Les sextoys en “jelly” sont à éviter. Et ce, pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, il y a le problème des phtalates, substances toxiques présentes dans beaucoup de matières plastiques, et notamment, dans certains sextoys en jelly.

Et même lorsqu’ils sont phtalates-free, les sextoys en jelly peuvent encore contenir certains composés plus ou moins mauvais pour la santé. Rien de catastrophique, on a aussi des saloperies dans nos aliments, nos peintures, l’air de nos ville, etc… Mais si l’on a le choix et que, qui plus est, le silicone est très doux, très agréable, pourquoi les choisir ?

Qui plus est, la “jelly” est souvent un matériau poreux, qui peut dégager des gaz assez aléatoires, potentiellement allergènes. Et potentiellement malodorants (une odeur prononcée de plastique).

Et pour couronner le tout, avec le temps, les sextoys en jelly se détériorent : ils jaunissent, fondent, se fragmentent, etc… Tout ça, en raison de réactions chimiques qui se produisent au sein de leur matériau, ou au contact d’autres objets.

 

odp-broken-sextoy-3

Deux sextoys en jelly âgés de quelques années : ils ont morflé.

 

Si toutefois vous comptez utiliser un sextoy en jelly (pour des questions de budget, par exemple, car il est vrai que ceux-ci sont souvent moins chers, ou si vous possédez déjà un sextoy en jelly auquel vous êtes trop attaché pour vous résoudre à l’abandonner), pensez à le recouvrir d’un préservatif, afin de limiter ces désagréments. Et à le nettoyer à l’eau et au savon avant chaque utilisation : les saletés contenues dans le matériau remontent peu à peu et s’accumulent sur la surface entre deux utilisations. Un nettoyage permettra d’en éliminer une partie.

 

Le latex

Le latex est resté pendant longtemps l’un des composants les plus utilisés dans la fabrication de sextoys, et même s’il s’est fait détrôner par le silicone, on trouve encore beaucoup d’accessoires en latex dans les sexshops.

Il comporte plusieurs inconvénients :

  • Le latex est un matériau poreux, on ne peut donc pas le désinfecter parfaitement. De plus, il se tache facilement, et une fois taché, impossible de rattraper les dégâts.
  • Les allergies au latex sont fréquentes.
  • Les sextoys en latex sont peu “glissants”, et les frottements peuvent provoquer des irritations.

Comme les sextoys “en silicone”, les sextoys “en latex” ne sont pas toujours constitués de latex pur.

 

Les matériaux rigides

Sinon, dans les sextoys plus rigides, il y a des matières auxquelles on pense moins souvent et pourtant assez simples et sains : le bois, la céramique, le verre, le métal, …

Le bois

Parmi les sextoys en bois, beaucoup sont fabriqués artisanalement. Ils sont polis, et recouverts d’un vernis hypoallergénique, qui les rend étanches.

 

 

Le bois ainsi traité ne nécessite que peu d’entretien. Un sextoy en bois peut être gardé très longtemps : il ne se détériorera pas – à condition, tout de même, de lui éviter les chocs et les rayures. Même s’il ne craint pas les réactions chimiques, il est déconseillé de laisser un sextoy en bois traîner en vrac dans un tiroir, mais un simple étui en tissu suffira à le protéger.

Les veines du bois dessinent des motifs qui rendent chaque sextoy en bois unique, le différenciant des autres exemplaires du même modèle.

L’acier inoxydable

Les sextoys en acier inoxydable présentent de nombreux avantages :

  • Ils sont quasiment incassables.
  • Ils ne risquent pas de réagir chimiquement au contact d’autres matériaux. Ils sont par conséquent compatibles avec n’importe quel lubrifiant, et se nettoient facilement.
  • Ils sont hypoallergéniques, et sans risque pour l’organisme.
  • L’acier étant un bon conducteur thermique, ils sont particulièrement adaptés aux jeux de températures.

 

objetsdeplaisir-test-njoy-fun-wand-15

Des sextoys en acier : Njoy Fun Wand et Pure Plug, Pipedream Mr Smooth et Rosebuds Cristal.

 

Le verre

Inutile de préciser que le verre est fragile, et peut donc se casser en cas de chocs. Mais un sextoy en verre correctement conçu est largement assez résistant pour ne pas risquer se briser à l’intérieur de vous, quelle que soit la force de vos contractions musculaires durant l’orgasme.

Du moment que personne ne le fait tomber par terre, un sextoy en verre est extrêmement durable : il ne s’use pas et ne subit pas de réactions chimiques. Comme l’acier inoxydable, c’est un matériau sain pour le corps, que l’on peut stériliser si besoin.

 

objetsdeplaisir-test-teufelszunge-glassvibrations-17

Un sextoy en verre : le Glassvibrations Teufelszunge

Les vibrations

Pour une utilisation vaginale, ce ne sera pas toujours le point le plus important.

Pour une utilisation clitoridienne par contre, ça devient davantage crucial, et le conseil est simple : cherchez les vibrations les plus puissantes.

 

 

Malheureusement, les bisounours n’existent pas, et certains compromis accompagnent les vibrations les plus puissantes : le bruit sera souvent plus important, l’alimentation parfois plus imposante / plus longue, etc…

Pas la peine non plus d’espérer des vibrations monstres dans un sextoy discret et miniature : ça n’existe pas vraiment, mais certains s’en sortent quand même plutôt bien pour leur taille et leur discrétion.

Les sextoys “Luxe”

Bien sûr, de manière générale, les sextoys “luxe” sont mieux sur bien des points : meilleure qualité, accessoires fournis, etc… Il faut être cependant prudent à l’achat puisque tous ne sont pas aux même niveaux de “luxe”, malgré parfois les apparences et des prix élevés.

D’ailleurs, puisque je parle de sextoys “Luxe”, voici deux des avantages bien pratiques que l’on rencontre souvent chez eux :

La sacoche / boîte

Ça parait bête, mais que ferez-vous de votre sextoy s’il n’a rien pour le ranger ? D’autant plus s’il est constitué d’une matière pas compatible avec tous les plastiques !

 

Le LELO MIA 2, sa boîte et son étui

 

Certains sextoys sont fournis avec une petite housse de rangement, d’autres avec un coffret, et parfois on a même les deux. C’est bien pratique, classe, et on se prend plus la tête à savoir ou le mettre.

Sinon, faute de rangement fourni, on peut acheter un étui spécialement destiné à y loger un sextoy, ou une trousse en tissu, ou une pochette en satin ou en coton (si vous n’êtes pas regardant sur le look, ou pour dépanner, même une chaussette propre peut faire l’affaire !). Faites simplement attention à éviter les matières plastiques qui n’ont pas été prévues pour, qui pourraient réagir chimiquement avec le sextoy et l’endommager au lieu de le protéger.

L’alimentation

La encore, ça parait bête mais ça joue beaucoup dans le confort d’utilisation à la longue.

Les sextoys à piles

Les sextoys à piles, c’est très bien, mais surtout si vous avez des piles rechargeables, un bon chargeur et que vous utilisez déjà pas mal de trucs à piles. Sans ça, ça peut vite être la galère: plus de pile, changer les piles très souvent, plein de piles foutues à jeter, etc… Et ça sans même parler écologie !

 

objetsdeplaisir-test-sexy-bunny-2-17

Le Sexy Bunny 2 de Love to Love, rabbit à piles

Les sextoys rechargeables

Les sextoys rechargeables sont les meilleurs pour ça à notre goût. Plus besoin de se tracasser avec la “logistique” des piles.

Attention à ce point par contre à l’achat : certaines batteries mettent (très) longtemps à se recharger.

Autre détail : un jour, leur batterie sera morte, et le sextoy aussi. Mais en général, comptez au moins deux ans avant qu’il ne commence à souffrir de faiblesse. C’est une généralité avec les batteries. Bref, si vous investissez 100€ dans un sextoy, s’il tient 3 ou 4 ans, c’est déjà pas mal non ? Moins cher en tout cas qu’un gadget high-tech à 400€ renouvelé tout les deux ans… (qui parle d’iPhone ?)

 

objetsdeplaisir-test-sextoy-couple-we-vibe-4-10

Le We Vibe 4 et son chargeur

 

Les sextoys filaires

De nombreux vibros ultra-puissants se branchent sur secteur.

Parmi les inconvénients de ce mode d’alimentation : il faut rester à proximité d’une prise, ce qui rend l’engin peu transportable, peut réduire les mouvements si le câble est court, et oblige à éviter toute trace d’eau à proximité.

Mais un avantage indéniable : sauf coupure d’électricité, un vibro filaire ne fait jamais le coup de la panne. De plus, ce sont souvent les vibros les plus puissants.

 

test-comparatif-bodywand-midnight-fairy-mini-14

Le Fairy Mini, un vibro clitoridien puissant qui se branche sur secteur

 

Sinon, il reste tous les sextoys non vibrants. Je me passerai d’explications inutiles, mais je tenais à insister sur ces derniers : On les oublie parfois, et pourtant, les vibrations ne vont pas toujours de pair avec un bon sextoy.

 

Partager Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google Plus Poster sur Tumblr Envoyer par mail

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Choix d’un sextoy : petits conseils"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Anne

Bonjour, j’aurais une question.
J’ai acheté un sextoy dis “en caoutchouc”, est il compatible avec un lubrifiant silicone?
Merci.

wpDiscuz