Sodomie : conseils pour débuter en douceur

Sodomie et sexe anal : conseils pour débuter

par Elle
le

Comment pratiquer la sodomie ? Dans cet article, nous vous proposons quelques conseils pour s’initier en douceur au sexe anal.

Sodomie : conseils pour débuter en douceur

En société, la sodomie conserve un aspect tabou, voire des connotations péjoratives. On en fait même des insultes. Lorsqu’on a affaire à un individu déplaisant, on le traite d’enculé.

Pourtant, se prendre des trucs dans l’orifice anal est une pratique sexuelle qui peut s’avérer fort agréable, pourvu que l’on s’y prenne convenablement. Et ce, que l’on soit un homme ou une femme.

Sodomie : des conseils pour convaincre l’autre ?

On nous contacte parfois pour nous demander des conseils pour convaincre son ou sa partenaire d’essayer la sodomie. Souvent, il s’agit d’un monsieur, convaincu de pouvoir ainsi faire découvrir des plaisirs inexplorés à sa moitié.

N’hésitez pas à faire part de vos désirs à votre chéri(e). Il/elle pourra ainsi s’intéresser au sujet, et déterminer s’il/elle souhaite tenter l’expérience, ou non.

Cependant, si votre partenaire ne veut pas laisser entrer quoi que ce soit dans son anus, eh bien, tant pis, vous ne lui insérerez rien dans l’anus. Ce n’est pas grave, il existe une multitude d’autres pratiques dont vous pourrez profiter ensemble.

N’insistez pas, car cela ne lui donnera pas envie, bien au contraire. Mais le sujet ne devient pas tabou pour autant, et vous pourrez toujours en reparler ensemble à l’occasion.

Sexe anal et lubrifiant

Avant de tenter d’insérer quoi que ce soit dans votre trilili, il vous faudra vous munir de lubrifiant. En effet, contrairement à un vagin, l’anus ne se lubrifie pas tout seul avec l’excitation.

Sodomie : conseils - le lubrifiant

Vous pouvez utiliser un lubrifiant à base d’eau classique. Mais il existe également des lubrifiants dédiés au plaisir anal, souvent à base de silicone. Ils glissent davantage pour la pénétration anale.

Les lubrifiants au silicone peuvent endommager les sextoys poreux, mais sont, quoi qu’on en dise, compatibles avec la plupart des sextoys en silicones pur (à l’exception des Vixen Creations, et d’autre toys à double densité faits de mélanges de silicone).

Le sexe anal avec les doigts

Passer directement à la sodomie si l’on n’a jamais essayé l’anal, c’est un peu ambitieux, et cela peut faire peur. Vous pouvez d’abord expérimenter la pénétration anale, en douceur et sans accessoire, à l’aide de vos doigts.

Pour cela, enduisez votre doigt et l’entrée de votre anus de lubrifiant, et insérez-le doucement et progressivement. Introduisez un second doigt lubrifié de la même manière si vous le souhaitez.

Vous pourrez ainsi déterminer si la sensation vous plaît. Si vous en avez envie, masturbez-vous avec l’autre main en même temps.

Sodomie et sexe anal : conseils - mettre des doigts

Le plug anal

Le plug anal est également un accessoire sympathique pour s’initier à la sodomie en douceur.

Il existe des plugs anaux de différentes formes, tailles et matériaux. En acier, en silicone, en verre, et même en bois.

Un conseil : optez pour un plug de petite taille, au moins pour commencer. Entre autres, les Rosebuds et le Pure Plug Njoy constituent des choix sympathique pour les débutants.

Lire aussi : quelques conseils pour choisir un plug anal.

Le plug s’insère à l’aide d’un peu de lubrifiant pour plus de confort. Ensuite, on peut le porter pour marcher, à l’aise chez soi, ou dehors sous des vêtements, à des fins d’excitation. Ou encore, lors d’un rapport sexuel, durant lequel il apporte des sensations complémentaires.

plug anal

La sodomie : conseils pour passer à l’acte

Une ambiance détendue

Avant d’essayer la sodomie, commençons par quelques conseils pour choisir le bon moment.

Le plus important : déjà, soyez à l’aise. Les trililis n’aiment pas qu’on les stresse. Comme tout acte sexuel d’ailleurs, la sodomie ne doit se pratiquer qu’avec un(e) partenaire avec qui l’on se sent en confiance, détendu(e) et excité(e). Si vous n’en avez pas suffisamment envie, ne vous faites pas sodomiser.

Assurez-vous d’avoir du temps devant vous. Ce n’est pas une course du cul, une sodomie agréable se fait sans chronomètre sous la main. Il est essentiel de prendre le temps de pousser l’excitation à son comble.

Vous pouvez prendre un ou deux verres, si cela vous aide à vous sentir relax. Mais pas davantage. En effet, l’abus d’alcool ou de drogues pousse à négliger l’attention que l’on porte à ses sensations, et il existe un réel risque de se blesser.

Ne lésinez pas sur les “préliminaires”. Caresses, cunnilingus, fellations et anulingus feront grimper l’excitation, et aideront les muscles à se détendre. Et le sphincter anal est un muscle.

La sodomie : tout en douceur

Enfin, procédez tout en douceur. Si ça ne rentre pas, ne forcez pas.

Ajoutez du lubrifiant, caressez l’entrée de l’anus et ses environs, masturbez-vous ou masturbez votre partenaire. Si vous jouez avec des sextoys, vous pouvez commencer par un sextoy plus petit.

La sodomie n’est pas censée faire mal. Le pénis ou le sextoy doit rentrer “tout seul” ou presque.

Si vous êtes la personne pénétrée, écoutez vos sensations. Et, si vous pénétrez votre partenaire, prêtez attention à ses réactions. A la moindre douleur, au moindre inconfort, que ce soit lors de l’insertion de l’engin ou durant les va-et-vient, c’est signe qu’il faut y aller plus doucement.

Commencez par une pénétration lente et peu profonde. N’accélérez pas le rythme tout de suite. Si vous être celui ou celle qui pénètre, attendez que votre partenaire vous montre clairement son envie d’y aller plus fort ou plus profond.

La sodomie et l’hygiène

Sexe anal et préservatif

La sodomie est une pratique sexuelle à risque. La paroi de l’anus étant plus fine et plus fragile que celle du vagin, le risque de transmission des IST et des MST, dont le sida, est très élevé lors d’un rapport anal.

préservatif

Par exemple, le risque de contracter le VIH lors d’une relation anale passive est près 20 fois supérieur au risque de le contracter lors d’une relation vaginale passive.

Pour s’en protéger, il n’existe qu’un seul moyen efficace : le préservatif. Pour une sodomie, on peut utiliser un préservatif masculin classique, ou bien un préservatif féminin inséré dans l’anus.

La sodomie et le caca

Attention, dans ce paragraphe, je vais vous parler caca. Avouez, c’est le sujet que vous attendiez tous.

“Beurk, mettre un zizi dans la boîte à caca ? Mais c’est dégueulasse !”. Vous avez probablement déjà entendu cette réaction puérile.

Bon, déjà, rappelons que dans un pénis, c’est le même tube, l’urètre, qui sert à uriner et à éjaculer, pourtant, Messieurs, vous ne pissez pas accidentellement dans votre partenaire à chaque orgasme.

L’anus a beau être l’orifice par lequel les excréments sortent, en temps normal, lorsque vous n’avez pas envie d’aller aux toilettes, il est vide, et, la plupart du temps, propre.

Cependant, trêve de glamour, c’est rare, mais oui, un incident de couleur marron peut se produire. Bref, il peut y avoir quelques traces suspectes, pas grand chose en fin de compte, mais suffisamment pour rendre la situation gênante. Si la perspective de courir ce risque vous horrifie au plus haut point, ne tentez pas le sexe anal.

la sodomie et le caca

La sodomie : conseils pour que tout soit propre

Cependant, à condition de prendre quelques précautions, le risque d’incident embarrassant demeure assez faible.

Bien entendu, assurez-vous d’avoir le ventre en bonne santé. Bon, inutile de préciser qu’il ne faut jamais tenter de sodomie en cas de gastro ou de constipation…

Vous pouvez prendre une douche, et profiter pour vérifier, en insérant un doigt, que tout est bien propre. Par contre, le savonnage doit se limiter à l’extérieur, sous peine de s’abîmer les muqueuses.

Si vous êtes perfectionniste, vous pouvez aussi faire un lavement. Cependant, cette pratique est plutôt désagréable physiquement. Certains l’apprécient en tant que fétichisme sexuel, mais c’est un autre sujet. Et elle doit rester très occasionnelle. En effet, des lavements trop fréquents peuvent déséquilibrer la flore intestinale. Vous trouverez une multitude de tutoriels sur le net qui vous expliqueront en détails comment procéder.

Enfin, en cas d'”incident marron”, le préservatif, en plus de protéger des MST et des IST, gardera le pénis ou le sextoy à l’abri des traces, et permettra de faire disparaître celles-ci dans la poubelle illico, sans leur laisser le temps de gâcher l’ambiance.

Et surtout, si un incident se produit, dédramatisez. A partir du moment où vous avez souhaité sodomiser votre partenaire, bah, c’est l’jeu ma pov’ Lucette, vous saviez que vous pouviez avoir affaire à quelque traces de caca. Ce n’est pas grave, détendez l’atmosphère, aidez votre partenaire à ne pas se sentir mal à l’aise, la douche ou le robinet le plus proche régleront le reste.

Après la sodomie

Restons dans les détails pas très glamour. Lors d’une sodomie avec un pénis sans préservatif, du sperme entre dans l’anus. Avec une capote, ou si l’on utilise un sextoy, il y a tout de même un peu de lubrifiant qui entre.

Après une éjaculation dans le vagin, le sperme ressort en coulant quasi-aussitôt. Dans l’anus, ce n’est pas le cas. Le sperme voudra ressortir une heure après environ. Vous aurez alors envie d’aller aux toilettes, où vous expulserez les fluides dans la cuvette. Pas très classe comme explication certes, mais mieux vaut le savoir.

La sodomie : vos conseils ?

Et vous, auriez-vous des conseils à donner à nos lecteurs pour une sodomie réussie ? Un lubrifiant fétiche ? Des astuces pour bien se détendre ? Des préliminaires imaginatifs avant une pénétration anale ? N’hésitez pas à partager vos idées en commentaire.

 

Avatar
Collectionneuse compulsive de sextoys, testeuse pointilleuse et exhibitionniste débutante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *